21 août 2017

Menaçant

CIEL 09 08 2017 (1)

 

Voilà une semaine qui débute. Et comme toujours, avec un ciel, à l'invitation d'Arlette & Sylvie.

Je vous propose celui du 9 août, menaçant. De Gros nuages en haut, du feu juste au dessous.

 

CIEL 09 08 2017 (2)

CIEL 09 08 2017 (3)

CIEL 09 08 2017 (4)

CIEL 09 08 2017 (5)

CIEL 09 08 2017 (6)

CIEL 09 08 2017 (7)

CIEL 09 08 2017 (8)

 

Belle semaine. BiZoux.

 

Calinquette

 

 

CIEL 09 08 2017 (9)

Posté par Calinquette à 05:05 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


20 août 2017

Chaudes-Aigues

1 D'Aurillac à Chaudes-Aigues (1)

 

Tout a une fin. Dernier jour de notre périple. Il nous fallait être à la maison le soir, ma fille arrivant pour passer quelques jours chez nous.

 

1 D'Aurillac à Chaudes-Aigues (2)

Les paysages étaient bien agréables à regarder. Nous avons fait quelques achats de bons produits du pays.

 

1 D'Aurillac à Chaudes-Aigues (3)

1 D'Aurillac à Chaudes-Aigues (4)

1 D'Aurillac à Chaudes-Aigues (5)

1 D'Aurillac à Chaudes-Aigues (6)

En poursuivant notre route, nous sommes tombés sur un village où nous avons fait une halte que nous n'avons pas regrettée. Une jolie découverte de hasard, Chaudes-Aigues.

 

Chaudes-Aigues, la plus méridionale des stations d'Auvergne, est placée sous le signe de la chaleur. Nichée entre les Monts du Cantal, de la Margeride et de l'Aubrac, dans le ravin du Remontalou, Chaudes-Aigues est surtout connue pour ses eaux thermales qui, avec 82° C à l'émergence, sont les plus chaudes d'Europe. Grâce à ses sources (une trentaine) chaudes qui en font une station thermale, Chaudes-Aigues est une ville où la distribution gratuite d'eau courante chaude dans les maisons est pratiquée depuis l'antiquité. 

Plusieurs sources étaient exploitées par les Romains, une trentaine d'entre elles le sont toujours et débitent une moyenne journalière de 15 000 hl. d'eau, dont la température va de 52 à 82°C. 

Véritable passoire, la ville est percée d'une trentaine de sources surgies du plus profond de la roche, par des failles, dont on se plaît à imaginer qu'elles ouvrent sur l'enfer. La plus prestigieuse, celle du Par, est la plus abondante et aussi la plus chaude. elle fournit à elle seule la moitié de la production d'eau de la ville. Le nom de cette source vient du fait que les cochons y était « parés », c’est-à-dire nettoyés, épilés grâce à l'eau chaude. L'eau servait aussi à parer les pieds et têtes de veaux, et à dégraisser la laine des moutons.

Elle alimente pas moins de sept fontaines publiques dans la ville, autour desquelles s'organisent huit quartiers. Sur chacun d'entre eux veille un saint, enfermé dans une niche de verre accrochée au mur d'une maison : ces statues, dorées, polychromes et dont l'origine remonte pour la plupart au XVIIIème siècle, font la fierté des Caldaguès, qui les honorent une fois l'an. Ainsi sacralisée, l'eau de Chaudes-Aigues, nonobstant son odeur de souffre et sa couleur rouille, concourt depuis toujours à la vie de la cité. Déjà, les romains goûtaient les bienfaits des " calidas aquae " (les eaux chaudes), au Moyen-âge, paralytiques et lépreux venaient s'y baigner.

Au Moyen-âge encore, on mit au point un système de chauffage central d’une simplicité biblique, qui perdure depuis : il consiste en un réseau de canaux qui distribuent l’eau chaude à plus de 300 maisons, lesquelles dissimulent, sous une dalle du rez-de-chaussée, un réservoir où l’eau s’accumule, réglée par une vanne.


Ce système fait ses preuves depuis plus de six cent ans, même si aujourd'hui, le PVC a remplacé les conduites en bois de pin et que certains habitants, heureux possesseurs de sources privées, disposent d'échangeurs thermiques qui alimentent les robinets en eau chaude. En sorte que, du 24 octobre au 31 avril, les Caldaguès se chauffent à peu de frais, tandis que le reste de l'année, l'eau chaude est réservée au lavoir, à la piscine et à l'établissement thermal...

 

2 Chaudes-Aigues (1)

2 Chaudes-Aigues (2)

2 Chaudes-Aigues (3)

 

La source du Par. Vous mettez un oeuf dans une casserole sous le jet d'eau, treize minutes après, il est cuit. Un oeuf dur !

 

2 Chaudes-Aigues (4)

2 Chaudes-Aigues (5)

2 Chaudes-Aigues (6)

Une belle brocante avec plein de choses qu'on ne trouve pas chez nous ! Monsieur y a trouvé une veste ancienne de paysan et moi un bien beau corset.

 

2 Chaudes-Aigues (7)

Après cette visite qui n'était pas prévue, nous avons quitté le Cantal pour rejoindre notre Ardèche où les paysages sont bien beaux, eux aussi.

Nous avons fait encore une petite halte pour ramasser quelques myrtilles à 1400 mètres d'altitude, juste histoire de prolonger encore un peu le bon temps des vacances...

 

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (1)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (2)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (3)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (4)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (5)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (6)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (7)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (8)

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (9)

 

Le récit de nos vacances s'achève ici. J'espère que tous ces beaux endroits que nous avons traversés vous auront plu.

Je vous retrouve une prochaine fois pour d'autres histoires. En attendant, je vous fais plein de bisous et vos dit à bientôt.

 

Calinquette

 

 

3 De Chaudes Aigues à Vernoux (10)

Posté par Calinquette à 08:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 août 2017

Aurillac

0

 

Après la Corrèze, nous voici de retour dans le Cantal, au coeur du Massif Central.

1

3

4

Nous arrivons à Aurillac, petite ville située à une moyenne de 680 mètres d'altitude, au pied des Monts du Cantal,  dans un petit bassin sédimentaire. 

Capitale historique du parapluie, Aurillac est à l'origine de plus de la moitié de la production française, ce qui représentait 250000 unités en 1999, et fournissait 100 emplois. Cette industrie a subi plusieurs décennies de déclin à la fin du XXe siècle. Pour se renforcer, les fabricants de parapluie aurillacois se sont regroupés en 1997 au sein d'un GIE et d'un label, L'Aurillac Parapluie.

 

parapluies

 

La légende du parapluie à Aurillac

La légende veut que la Jordanne, rivière qui traverse notre ville millénaire, charrie des paillettes d’or. Cet or était échangé sur place contre du cuivre que rapportaient d’Espagne les pèlerins du nord de l’Europe revenant de St Jacques de Compostelle. Ainsi naquit dès le Moyen Age à Aurillac une tradition de batteurs de cuivre. A partir de ce cuivre, les artisans locaux réalisaient les pièces métalliques telles que le coulant, la noix, les aiguillettes, entrant dans la fabrication du parapluie. De leur côté, les éleveurs cantaliens qui allaient en Espagne vendre leur bétail, ramenaient de la toile de coton à partir de laquelle furent faites les premières couvertures. Tout était donc réuni pour faire d’Aurillac le berceau du parapluie.

 Tout a commencé avec Alexandre Périer issu du pays de Marmanhac. Alexandre part sur les routes dès l’âge de 15 ans. Colporteur, marchand, rétameur, il devient ambulant de parapluies grâce à son cousin des Deux-Sèvres. De retour dans le Cantal en 1844, après avoir épousé Elisa Combadière de Saint Simon, il met à profit son idée de fabriquer des parapluies en terre aurillacoise. Il crée son atelier place de l’Hôtel de Ville avant de s’associer à Durand Lafon.

Dès 1862 l’entreprise emploie 130 ouvriers et 90 travailleurs à domicile. En 1877 il change d’adresse et s’installe derrière le Palais de Justice. En 1884 son associé le quitte et il crée une nouvelle société dénommée "Alexandre Perier et compagnie".

 1898 : la construction de la fabrique de parapluies

 Une quinzaine d'année après avoir créé son entreprise et pour assurer son développement, Durand Lafon et son épouse Thérèse Bois construisent en 1898 les deux bâtiments de La Manufacture qui vont devenir un des fleurons de l'industrie aurillacoise du début du siècle.

 Quelques messages gravés à la main sur les murs de la fabrique témoignent de la rudesse des conditions de travail. Avec autant d'espaces vitrés, il y faisait trés froid. Pourtant les concepteurs avaient installé un impressionnant système de chauffage à air pulsé découvert lors du chantier de reconstruction intérieure en 2007 et 2008. Chauffé dans des conduits en fonte de larges diamètres au coeur d'un four alimenté au charbon, l'air circulait dans des conduits carrés fait de briques et de platres, desservant tout le bâtiment sous le parquet. Un canal traversant le bâtiment principal de part en part dans le sous-sol assurait l'alimentation en eau.

 Le "pépin" vit son âge d’or et en 1900 le Cantal présente ses parapluies à l’Exposition universelle de Paris. Cette réussite s’accompagne de l’éveil de la conscience ouvrière pour les femmes qui travaillent à domicile pour un salaire de misère.

En 1928, Aurillac comptait 250 ouvriers, 500 ouvrières à domicile pour une fabrication de 1.500.000 parapluies

La ville possède de beaux monuments, tels que le château de Saint-Etienne et l'Eglise Saint Géraud d'Aurillac. Un de ses évènements culturels phares est le Festival d'Aurillac, manifestation internationale de théâtre de rue.

 

parapluies2

 

Après ce petit moment d'histoire, passons aux photos...

 

5 Aurillac (1)

5 Aurillac (2)

5 Aurillac (3)

5 Aurillac (4)

5 Aurillac (5)

5 Aurillac (6)

5 Aurillac (7)

5 Aurillac (8)

5 Aurillac (9)

5 Aurillac (10)

5 Aurillac (11)

5 Aurillac (12)

5 Aurillac (13)

5 Aurillac (14)

5 Aurillac (15)

5 Aurillac (16)

 

Il y a beaucoup d'anciennes échoppes abandonnées dans cette ville. Quel dommage !

 

5 Aurillac (17)

5 Aurillac (18)

5 Aurillac (19)

5 Aurillac (20)

 

Au détour d'une rue, une petite brocante à tomber. Plein de belles choses à chiner, de jolies céations de la dame qui tient le magasin, le tout à des prix fort raisonnables. Nous y sommes restés un bon moment. Je ne vous dis pas si j'étais sur place... La carte bleue chaufferait. J'ai quand même été raisonnable, mais cela n'a pas été facile avec tout les beau linge ancien qu'elle avait ! Mais j'ai pris sa carte et je peux aller quand je veux sur son site, que je partage volontiers avec vous :

Les heures perdues de Jeanne.

5 Aurillac (21)

5 Aurillac (22)

5 Aurillac (23)

 

En arrivant dans cette rue, nous avons été éblouis par toutes ces belles couleurs. Un nombre incalculable de parapluies au-dessus de nos têtes. C'était superbe !

 

5 Aurillac (24)

5 Aurillac (25)

5 Aurillac (26)

5 Aurillac (27)

 

Là, je n'ai pas testé, même si un Monsieur m'a dit que j'avais tort... Pas du tout inspirée par ces testicules de coqs...

5 Aurillac (28)

5 Aurillac (29)

 

Je garderais un bon souvenir de cette jolie petite ville du Cantal. Ses rues étroites, ses maisons à colombage, ses échoppes anciennes et sa belle brocante. Mais il a bien fallu partir. Nous devions rentrer le soir à la maison et il restait quand même pas mal de route à faire.

 

Août est déjà bien avancé. Il me reste encore au moins un billet à partager avec vous sur les beaux endroits que nous avons vus au mois de juillet. Alors, je vous dis à bientôt pour un nouveau dépaysement.

 

BiZoux

 

Calinquette

 

z

Posté par Calinquette à 05:33 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 août 2017

Argentat

0

 

Après avoir quitté Tulle, nous avons continué sur Argentat, toujours en Corrèze. La ville est traversée par la rivière Dordogne.

Située dans le Massif Central, la cité d'Argentat se situe aux confins de trois régions, le Limousin, l'Auvergne et le Quercy, sur la Dordogne après que celle-ci ait traversé des gorges profondes de façon impétueuse. Argentat se trouve dans la partie ouest de la Xaintrie, petit pays du Bas-Limousin, où se trouve les fermes médiévales à Saint Juline aux Bois, que nous n'avons hélas pas eu le temps d'aller voir. Ce sera pour une prochaine fois.

De cette situation géographique découle l'intérêt de la ville : passage de la Dordogne d'une part, et port de trafic fluvial important vers Bergerac er Libourne.

Agentat, la capatiale des gabariers, une jolie cité aux toits de lauzes, à l'entrée de la Vallée de la Dordogne. Lovée au bord de la Dordogne, Argentat sur Dordogne a été durant des siècles un grand port de commerce. Du quai Lestourgie partaient les gabares chargées de bois, de cuir et d'huile. Ses quais toujours pavés à l'ancienne et bordés de vieilles maisons à tourelles et poivrières couvertes de lauzes affichent fièrement leur visage d'autrefois.

Aux confins de trois régions, Limousin, Auvergne et Midi-Pyrénées, Argentat a su tirer parti très tôt de cette position pour se développer au gré des différents échanges commerciaux. Les premières traces d’habitats à Argentat datent de l’époque gallo-romaine mais un oppidum gaulois avait préalablement été construit à Monceaux-sur-Dordogne (5km en aval d’Argentat).

Plus tard, un fort se développa autour de l’église, dont le noyau constituait le « fortalicium ». Argentat fut marqué par les guerres de religions. A la contre-réforme, trois couvents catholiques furent construits. Le plus beau témoignage est celui des Récollets, construit tout près de la rivière et aujourd’hui occupé par une école privée.

Mais l’âme d’Argentat remonte à l’époque du commerce des gabares. Ces embarcations à fond plat appelées localement « courpets », construites en amont d’Argentat, étaient chargées de carassonnes (piquets de vigne) et de merrains (planches de bois) et partaient du port d’Argentat direction le bordelais.

 

Nous voici donc dans cette jolie ville, en fin d'après-midi.

 

2 Argentat (1)

 

Dès qu'on arrive, on a plus les yeux au ciel, à regarder les magnifiques toits en lauze, qu'autre chose.

 

2 Argentat (2)

2 Argentat (3)

2 Argentat (4)

2 Argentat (5)

2 Argentat (6)

2 Argentat (7)

 

La rivière Corrèze, bien verte à cette saison. Ma photo me fait penser à une carte postale.

 

2 Argentat (8)

2 Argentat (9)

2 Argentat (10)

2 Argentat (11)

2 Argentat (12)

2 Argentat (13)

2 Argentat (14)

2 Argentat (15)

 

Il était temps pour nous de rejoindre un nouveau camping à la ferme (nous en sommes devenus fans). Direction Hautefage, à la Bouriote, à quelques minutes d'Argentat. Nous étions parmi les vaches, comme dans notre Ardèche. Il y avait même une piscine. Ici encore, beaucoup de place et peu de monde. Parfait pour nous.

 

3 Hautefage (1)

 

Et une vue !!! Depuis notre van...

 

3 Hautefage (2)

3 Hautefage (3)

3 Hautefage (4)

 

Avant que la pluie ne vienne, nous avons fait une longue balade à pied. L'endroit nous a enchantés.

 

3 Hautefage (5)

3 Hautefage (6)

3 Hautefage (7)

3 Hautefage (8)

3 Hautefage (9)

3 Hautefage (10)

3 Hautefage (11)

3 Hautefage (12)

 

A notre retour, les vaches arrivaient en camion pour la traite, avant de repartir à pattes dans les champs. Je peux vous dire que ça meuglait fort ! Après la traite, l'écurie est nettoyée et le chien inspecte chaque recoin...

3 Hautefage (13)

 

Il a plu une bonne partie de la nuit. Le matin, au réveil nous avions vue sur les champs et la brume matinale. Une vraie carte postale. Alors qu'on se levait, nos hôtes étaient déjà au travail depuis un bon bout de temps.

3 Hautefage (14)

3 Hautefage (15)

 

Nous avons repris notre route vers la maison, après un café accompagné de gâteaux à la myrtille.

3 Hautefage (16)

 

Nous quittons la Corrèze, direction le Cantal. A suivre.

 

Douce journée. BiZoux.

 

Calinquette

 

 

Z

Posté par Calinquette à 06:17 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 août 2017

Tulle

Tulle (1)

 

Canalblog continue de faire des siennes. Je ne reçois plus du tout vos commentaires ! J'espère vraiment que tout va rentrer dans l'ordre, parce que ça m'énerve !!!!

 

 

Tulle (1)

 

Après avoir déjeuné au bord de la rivière Corrèze, nous avons repris la route direction Tulle.

 

Tulle (2)

 

Arrêt à Tulle.

Surnommée « La ville aux sept collines », la cité a construit sa renommée sur le développement de son industrie et de son artisanat : elle est devenue un des centres de fabrication de la dentelle (avec son festival international), des armes (Manufacture d'armes) et de l'accordéon.

Étirée sur plus de trois kilomètres dans l'étroite et tortueuse vallée de la Corrèze, Tulle étage ses vieux quartiers au flanc des collines dominant la rivière, tandis qu'émerge, du cœur de la cité, l'élégant clocher de pierre de la cathédrale Notre Dame.

 Nous avons posé la voiture à l'entrée de la ville, et avons longuement marché pour visiter cette ville qui longe les deux côtés de la rivière Corrèze. Je n'avais jamais vu une ville construite de cette manière. Les maisons au bord de l'eau et de suite la colline avec d'autres maisons au-dessus.

 

Tulle (3)

Tulle (4)

Tulle (5)

Tulle (6)

Tulle (7)

 

Le théâtre, au nom des "Sep colines" est fort coloré.

Tulle (8)

Tulle (9)

Tulle (10)

Tulle (11)

Tulle (12)

 

La cathédrale Notre Dame de Tulle et la maison Loyac.

 

Tulle (13)

 

La maison de Loyac, que Prospère Mérimée décrivait comme "maison de l'abbé", est la plus belle construction de l'enclos, située place Gambetta près de la Cathédrale.

 

Elle est du début du XVlème siècle puisque le porc-épic, emblème de Louis XII mort en 1515, décore un des linteaux de fenêtre. Deux tourelles écourtées l'encadrent. La porte d'entrée avec imposte, encadrée par une série de colonnettes prismatiques en retraits successifs, est couronnée par un fronton en accolade surmonté d'un gros fleuron.  Le rez-de-chaussée a deux ouvertures en arc surbaissé. Les dix fenêtres ont des linteaux en cintre surbaissé relevé en accolade. Les frontons sont ornés de végétaux : feuillages, choux frisés et de toute une faune  fantaisiste: porc-épic, lion, lévrier, cerfs, sangliers, sirène.  Au troisième étage, à droite, deux figures: Un homme nu et une femme court vêtue.

 

Propriété d'une personne privée, elle fut classée aux monuments historiques en 1925.

 

Tulle (14)

Tulle (15)

 

La Tour de Maïsse, a donné son nom à la rue qu'elle domine familièrement, appelée aussi "quatre vingt", en référence au norchesmbre de marches de l'escalier qi la dessert. Avant le XII° siècle, elle était au coeur de la muraille de la ville haute. En 1791, elle fut vendue aux enchères comme bien national.

 

Tulle (16)

Tulle (17)

Tulle (18)

Tulle (19)

Tulle (20)

Tulle (21)

Tulle (22)

Tulle (23)

 

Après Brive qui ne m'a pas enchantée, Tulle a eu mon coeur. J'ai bien apprécié cette ville tout en longueur et bien vivante, et surtout sa maison Loyac. Même s'il faut beaucoup marcher pour la mériter...

Voilà, encore un petit bout de Corrèze visité.

On a repris la route, pour une autre ville de ce département. Alors... A bientôt !

 

Gros poutous.

 

Calinquette

 

 

Tulle (24)


16 août 2017

Brive la Gaillarde

 

Brive la Gaillarde (1)

 

Nous avons quitté le Lot, direction la Corrèze.

Première visite : Brive la Gaillarde, la ville la plus peuplée du département. Il a plu une bonne partie de la nuit, et le matin, le soleil avait du mal à se montrer.

 

Brive la Gaillarde (2)

 

'origine du vocable " la Gaillarde " fait l'objet de plusieurs hypothèses. Cet adjectif puise ses racines dans le mot gallo-romain " galia " qui signifie " force ". Au XVIe siècle, Brive est fortifiée par une enceinte circulaire flanquée de tours. La ville est donc une place forte, autrement dit une cité gaillarde. Ce terme, Brive le porte bien et avec fierté, car n'oublions pas qu'elle est la première ville de France libérée par ses propres moyens le 15 août 1944. Autre origine possible, l'aspect gracieux et charmant de Brive en fait une ville gaillarde dans le sens gaie et joviale. Ne dit-on pas d'ailleurs qu'elle est le riant portail du Midi ?

Le site semble avoir été occupé dès l'âge préhistorique. A l'époque gauloise, " Briva ", qui signifie " pont " en celte, est constituée de quelques habitations et de plusieurs ponts au-dessus de la rivière Corrèze. Des fouilles ont permis de mettre à jour des fours de potiers dans lesquels se fabriquaient des figurines en terre cuite et des céramiques sigillées d'époque gallo-romaine.

Installée au sud-ouest de la rivière Corrèze, la ville de Brive la Gaillarde est celle du fameux marché chanté par Georges Brassens. Trois fois par semaine, le mardi, le jeudi et le samedi matin, ce haut lieu de la gastronomie qu'est le marché de Brive permet aux locaux et aux visiteurs de faire le plein de savoureux produits du terroir. À noter pour les amateurs de foie gras et de truffes que la halle Georges Brassens accueille plusieurs foires grasses entre novembre et février.

Particulièrement appréciée des gourmands et gourmets, la ville fait aussi le plaisir des férus de patrimoine architectural et culturel. En plein cœur du centre historique, vous pourrez ainsi découvrir la collégiale Saint-Martin, classée Monument Historique, et son clocher de style néo-roman. Construite à partir du XIIe siècle sur des vestiges datés du Ve siècle, puis remaniée plusieurs fois au fil du temps, l'église fut qualifiée de remarquable par le célèbre architecte Viollet-le-Duc. Si le transept, une partie du chevet et les beaux chapiteaux historiés témoignent de l'époque romane, la crypte archéologique, quant à elle, renferme les vestiges mérovingiens et carolingiens des précédents édifices, ainsi que des sarcophages des VIe et VIIe siècles.

Arrêtons là ce petit cours d'histoire, place aux photos.

 

Brive la Gaillarde (3)

Brive la Gaillarde (4)

Brive la Gaillarde (5)

Brive la Gaillarde (6)

Brive la Gaillarde (7)

Brive la Gaillarde (8)

Brive la Gaillarde (9)

Brive la Gaillarde (10)

Brive la Gaillarde (11)

Brive la Gaillarde (12)

Brive la Gaillarde (13)

Brive la Gaillarde (14)

Brive la Gaillarde (15)

Brive la Gaillarde (16)

Brive la Gaillarde (17)

Brive la Gaillarde (18)

Brive la Gaillarde (19)

Brive la Gaillarde (20)

Brive la Gaillarde (21)

Brive la Gaillarde (22)

Brive la Gaillarde (23)

Brive la Gaillarde (24)

Brive la Gaillarde (25)

 

Après tous les colombages et pierres ocres et rouges vus auparavent, j'ai moins accroché avec cette ville que les précédentes.

Mais bon, c'est une autre région, le Limousin. Je ne cracherai quand même pas dans la soupe, il y a quelques beaux endroits à voir.

 

Suite du périple en Corrèze, la prochaine fois.

 

Bisettes.

 

Calinquette

 

 

Brive la Gaillarde (26)

Posté par Calinquette à 07:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 août 2017

Figeac

FIGEAC (1)

 

Je pars trois jours,et à mon retour, je me rends compte que Canalblog a super planté durant cette période. Du coup, je ne sais pa si vous aurez eu l'occasion de voir les billets précédents faits du douze au quatorze août... Bon, en tous les cas, vo savez qu'il y a des posts avant celui-ci à regarder.

 

Figeac, commune du Lot, située dans le Massif Central, au débouché de l'Auvergne et du Haut Quercy. Cette commune est proche de l'Aveyron et du Cantal. Elle nous emmène sur les traces de Champollion, le déchiffreur de hiéroglyphes.

La situation enviable de Figeac a fait d’elle une ville florissante. Elle s’est imposé dès le XIIe siècle par sa vocation marchande et devint une étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostèle.

En parcourant le ville, on découvre un ensemble de maisons et de palais urbains datant du Moyen Age, construits  par les riches marchands de Figeac.

Des arcades des boutiques médiévales aux « soleilhos » (greniers ouverts) où l’on faisait sécher les fruits, on peut ainsi lire sur les façades de grès les évolutions de l’architecture. Ville d'échanges, elle a connu un passé prestigieux (comme le rare privilège de battre la monnaie royale) dont témoigne aujourd'hui l'architecture de ses hautes demeures de grès, maisons commerçantes et hôtels particuliers, datant pour la plupart des 12e-15e s.

Elle doit aussi sa renommée à l'illustre Champollion qui naquit ici en 1790 et auquel le musée qui porte son nom fait honneur.

 

FIGEAC (2)

 

Après Cahors, nous avons pris la route vers Figeac.

Arrivés en soirée, après avoir acheté quelques douceurs pour le palais (à base de foie gras), nous avons opté pour la première fois, pour un camping à la ferme.

L'Oasienne à Lissac et Mouret, à quelques minutes de Figeac. Nous avions l'embarras du choix pour placer le "camion" sous les noyers et le décors était fabuleux avec de vieux bâtiments tout autour. Nous avons tellement aimé que nous avons récidivé dès le lendemain et nous privilégierons ce genre d'hébergement à l'avenir.

 

FIGEAC (3)

FIGEAC (4)

FIGEAC (5)

FIGEAC (6)

Après une bonne douche et un repas, direction Figeac pour la soirée. Mes photos sont limites, il ne fonctionne pas bien sans bonne lumière, mais vous verrez l'essentiel.

 

FIGEAC (7)

FIGEAC (8)

FIGEAC (9)

FIGEAC (10)

FIGEAC (11)

FIGEAC (12)

FIGEAC (13)

FIGEAC (14)

FIGEAC (15)

FIGEAC (16)

FIGEAC (17)

FIGEAC (18)

FIGEAC (19)

FIGEAC (20)

 

La place des Ecritures, où règne un parfum d’exotisme. Une immense dalle de granit noir portant des hiéroglyphes recouvre entièrement la place. Elle représente la « pierre de Rosette », ce fragment de stèle égyptienne qui permit à Champollion (1790-1832) de décrypter l’écriture des Pharaons. C'est magnifique !

Dominant la place des Ecritures, le Musée Champollion - Les Ecritures du Monde – est installé dans la demeure familiale de l'égyptologue. Il rassemble des collections, faites d'objets d'écriture et de caractères du monde entier, qui expriment la merveilleuse diversité des cultures. Le Musée, s'ouvre sur la ville par une façade aux "1000 lettres", toutes de cuivre et de verre, créant des signes de lumière sur les sols colorés des salles d'exposition. 

 

FIGEAC (21)

FIGEAC (22)

FIGEAC (23)

FIGEAC (24)

FIGEAC (25)

FIGEAC (26)

FIGEAC (27)

FIGEAC (28)

FIGEAC (29)

FIGEAC (30)

FIGEAC (31)

FIGEAC (32)

FIGEAC (33)

FIGEAC (34)

FIGEAC (35)

FIGEAC (36)

FIGEAC (37)

 

La nuit est tombée sur la ville et nous sommes allés nous coucher. Nous avons eu droit à un orage durant la nuit, mais nous étions bien au sec dans notre "camion"...

Les vacances ne sont pas finies. La prochaine fois, on part encore ailleurs...

 

Bisouilles

 

Calinquette

 

 

FIGEAC (38)

Posté par Calinquette à 06:14 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 août 2017

Après la canicule

08 08 2017 (1)

 

Une nouvelle semaine commence, et comme à chaque fois, avec un ciel pour Arlette et Sylvie.

 

Après plusieurs jours de canicule, jusqu'à 41°, la pluie est venue rafraîchir l'atmosphère. Le lendemain matin, cela donnait un superbe paysage.

 

08 08 2017 (2)

08 08 2017 (3)

08 08 2017 (4)

08 08 2017 (5)

08 08 2017 (6)

 

Je vous souhaite une belle semaine et vous fais plein de bisouilles.

 

Calinquette

 

 

08 08 2017 (7)

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2017

D'un point à un autre

0

 

2

 

Nous avons quitté Sainte-Enimie au matin, poursuivant cette fois, non pas vers le bas de la Lozère, mais vers l'Aveyron, en longeant le Tarn. A quelques kilomètres de notre point de départ, un joli château sur le bord de la route, qui fait office d'hôtel. C'est le château de La Caze.

 

3

4

 

De jolis petits villages tout au long de notre parcours.

 

5

6

 

Puis nous avons fait une halte à Massegros (toujours en Lozère). Il y avait une brocante et la fête du pain. Le village est beau, chargé d'histoire. On y a vu de bien belles choses qui nous ont fait envie, une vraie brocante comme on les aime, mais nous avons été sages. J'ai juste acheté un Médicis.

 

7 MASSEGROS FETE DU PAIN

8

9

10

11

12

13

14

 

J'ai acheté un de ces gros pains cuits au feu de bois, qui a duré de nombreux jours, mais si bon !!!

 

15

 

Passage par Séverac le Château, nous sommes déjà en Auvergne.

 

16 SEVERAC LE CHATEAU

 

Et par Bartholène.

 

17 BERTHOLENE

 

Le voyage continue, mais pas tout de suite. Vous l'aurez compris, je vous emmène à Cahors. Il y a trois ans nous avons dû faire un choix entre cette ville et Saint Cirq Lapopie, et comme ce fut le deuxième lieu qui eut notre faveur, j'avais envie d'enfin connaître Cahors.

 

Ce sera pour la fois prochaine. En attendant, je vous fais plein de bisous et vous souhaite une excellente journée.

 

Calinquette

 

 

18

Posté par Calinquette à 12:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 août 2017

Cahors

Cahors (1)

 

Nous sommes arrivés à Cahors, un dimanche. Nous nous attendions à une ville très touristique, ce ne fut pas le cas. Aucun commerce ouvert, même pas un café ! Cela nous a déçus.

 

Cahors (2)

Cahors (3)

 

Cahors, préfecture du Lot, est située dans la région Occitanie. C'estt la capitale historique du Quercy.

Lovée dans un méandre du Lot, entourée par des collines escarpées et les hauteurs arides des causses, la cité est riche d'une parure monumentale d'une grande diversité, héritée notamment de l'Antiquité et du Moyen Âge, centre historique aux ruelles tortueuses et aux riches hôtels particuliers, cathédrale de Saint Etienne, et surtout le célèbre pont Valentré, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Pôle touristique majeur, célèbre pour son vignoble et sa gastronomie (truffes, foie gras), cette petite ville typiquement méridionale bénéficie du label  Villes d'art et d'histoire.

 

Cahors (4)

 

Confrontée à plusieurs obstacles naturels, la ville s'est trouvée limitée dans son expansion géographique, et a ainsi densifié son territoire. La croissance de l’urbanisation de Cahors doit en effet tenir compte de la topographie très tourmentée de la vallée du Lot.

En effet, il joue un rôle déterminant dans l'organisation de l'espace de la ville. Le développement de Cahors, entravé par les contraintes du site, est resté longtemps contenu dans les limites de la presqu'île. La ville est isolée doublement, d'une part par la ceinture d'eau que constitue le cingle du Lot renfermé autour de ses murs, d'autre part par les parois abruptes du cirque des collines qui cernent la boucle de toutes parts.

Nous avons parcouru les rues de la ville. La foule ne nous a pas dérangés, bien au contraire. Au cœur de Cahors, le rouge de la brique s'allie au gris du calcaire et à l'ocre du grès, ce qui crée à certains moments de la journée de belles harmonies propices à la photo. Au détour des ruelles médiévales. Je vous laisse découvrir en photos.

 

Cahors (5)

Cahors (6)

Cahors (7)

Cahors (8)

Cahors (9)

Cahors (10)

Cahors (11)

Cahors (12)

Cahors (13)

Cahors (14)

Cahors (15)

Cahors (16)

Cahors (17)

Cahors (18)

Cahors (19)

Cahors (20)

Cahors (21)

Cahors (22)

Cahors (23)

Cahors (24)

 

Puis nous nous sommes dirigés vers le pont Valentré, emblème de la ville qui franchit la rivière en portant ses trois tours fortifiées. On peut y flâner à pied ou bien l'approcher par bateau au cours d'une balade sur le Lot. Édifice du XIVe siècle, le pont Valentré est inscrit au patrimoine mondial par l'UNESCO, au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Une légende impliquant le diable est associée à ce pont alors levez les yeux pour l’apercevoir !

 

Cahors (25)

Cahors (26)

Cahors (27)

 

Le bâtiment blanc en contrebas est la maison de l'eau. Il y avait une belle exposition que je suis allée voir pendant que Monsieur regardait les bateaux passer par l'écluse. Construit dès 1853 et agrandit en 1869, ce bâtiment abrite un système de turbines, actionnées par la force motrice de la rivière, qui permettait la captation des eaux de la fontaine des Chartreux vers des réservoirs creusés dans la colline et leur cheminement dans le réseau d’eau potable. Ce système, supplanté peu à peu par une installation électrique plus performante, cessera définitivement de fonctionner en 1971.

A 50 mètres du pont Valentré, l’ancienne station de pompage de Cabazat est l’un des monuments marquants de l’histoire cadurcienne. Elle constitue désormais une vitrine supplémentaire de Cahors et de son histoire.

Définitivement abandonnée en 1971, l’ancienne station abrite dorénavant le premier espace d’information et de découverte dédié au patrimoine de l’eau et à son environnement. Lieu de préfiguration du futur Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine de la ville, cet espace a également pour vocation d’inciter les publics à découvrir Cahors et son territoire.

Espace d’accueil et d’informations hérité du XIX ème siècle, ce bâtiment industriel sert désormais d’écrin à un parcours à travers l’histoire des hommes et de leur rapport à l’eau. Ainsi, les thèmes fédérateurs de la pierre et de l’eau sont-ils déclinés au travers d’une présentation permanente, accompagnée chaque année par un programme d’expositions temporaires mettant plus précisément l’accent sur un thème (ponts, écluses, moulins…). La réhabilitation du bâtiment a permis de rendre son esthétique générale à l’édifice et d’en valoriser l’originalité.


Cahors (28)

 

L'écluse. Deux personnes pour ouvrir les vannes en amont. Le bateau passe, les vannes se referment. Il faut bien attendre 10 minutes pour que l'eau monte, puis pour ouvrir les vannes de l'autre côté afin que le bateau puisse continuer sont chemin.

 

Cahors (29)

Cahors (30)

Cahors (31)

Cahors (32)

 

A l'intérieur de la maison de l'eau. Visite enrichissante, mais trop studieuse pour être expliqée ici.

 

Cahors (33)

Cahors (34)

 

En repartant, nous nous sommes arrêtés un instant dans ce petit musée du vin qui abritait des objets anciens liés à la vigne. Nous n'avons pas acheté de vin, peu amateurs de la chose.

 

Cahors (35)

Cahors (36)

Cahors (37)

Cahors (38)

Cahors (39)

 

Un dernier regard au pont Valentré et aux vignes, puis retour à la voiture pour la suite de nos aventures. Même si j'ai fait beaucoup de photos, nous avons été un peu déçus par Cahors, nous nous attendions à mieux. Mais cela reste quand même une belle découverte.

 

Bisouilles.

 

Calinquette

 

 

Cahors (40)

Posté par Calinquette à 12:39 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,