22 mars 2019

Notre Dame d'Aiguebelle

1

 

Après vous avoir montré l'ancienne chocolaterie d'Aiguebelle à Donzère (Cf. billet du 6 mars 2019), je vous propose de visiter l'Abbaye d'Aiguebelle, là où tout a commencé . Elle se situe sur la commune de Montjoyer, dans la Drôme.

La fondation date du 26 juin 1137, suivant la tradition cistercienne

Le monastère est aménagé selon une configuration différente de l'actuelle, nombre d'édifices ayant été détruits. Très vite, les alentours de l'abbaye sont aménagés par les moines, qui y implantent des granges. La plus proche de ces granges donne plus tard naissance au village de Montjoyer. La prospérité caractérise les XIIe et XIIIe siècles. En revanche, les ravages de la guerre de cent ans appauvrissent fortement le monastère.

Par la suite, Aiguebelle restera dépendante de la province de Provence avant d'être rattachée, après la Révolution française, au département de la Drôme. Les moines ont d'ailleurs été dispersés lors de la Révoluton française.

Dès 1815, des cisterciens trappistes sont venus reprendre le flambeau. Ils trouvent l'abbaye dans un triste état : seules la cuisine et le réfectoire des moines sont à peu près intacts. Le réfectoire des convers et la salle capitulaire ont été transformés en écurie, le chauffoir en cave à vin, le cloître en stockage de fumier, l'église en étable et en bergerie. Les bras du transept n'ont plus ni voûtes ni toiture.

Les premiers travaux durent jusque vers 1847. Un nouveau clocher de trente-cinq mètres est construit (démoli depuis), ainsi qu'un plus modeste clocher-mur. L'abbatiale est également dotée d'un jubé ainsi que d'une tribune. Enfin, le cloître est recrépi, l'église blanchie et sa façade est refaite. Cette première campagne est suivie d'une deuxième visant les bâtiments conventuels, ainsi que l'hôtellerie et les jardins. Puis une seconde restauration vise l'église en 1856. L'hôtellerie est reconstruite plus haut sur le plateau en 1868, l'ancienne étant dorénavant utilisée comme infirmerie ; une hôtellerie féminine voit également le jour en 1884.

La communauté est extrêmement florissante ; elle compte 233 moines en 1850. Ils reprennent leurs activités traditionnelles (élevage et agriculture), puis diversifient leur production avec des activités plus artisanales. Ils fabriquent alors des chapelets, des balais, des corbeilles d'osier, etc. Entre 1841 et 1877, il y a une fabrique de draps ainsi qu'une minoterie en 1867. Puis la chocolaterie est l'activité principale et devient la première industrie d'Aiguebelle. Mais les moines ne sont pas assez nombreux et des ouvriers sont embauchés. Les moines s'occupent des activités spirituelles, culturelles et sociales de cette population. Mais le nombre d'ouvriers augmentant, et la vocation d'un monastère étant la prière et la méditation, la chocolaterie est transférée en 1895 à Donzère.

De 1914 à 1918, l'infirmerie de l'abbaye devient provisoirement un hôpital accueillant les soldats blessés de la première guerre mondiale. Durant la seconde, l'abbaye comptant environ 75 moines, ceux-ci fabriquent clandestinement de fausses cartes d'identité distribuées aux réfractaires au STO. Par ailleurs, la communauté accueille des réfugiés à l'abbaye à partir de la fin 1942, cachés dans les annexes de la distillerie. Des Juifs sont également accueillis, et déguisés en ouvriers agricoles. Des fermes dépendant du monastère cachent des groupes de résistants de l'armée secrète, et des armes auraient été cachées par l'armée en juin ou juillet 1940 dans la chaudière de l'édifice. En avril 1944, une perquisition de la Gestapo ne donne aucun résultat, mais les policiers nazis menacent les moines d'incendier l'abbaye.

Aiguebelle abrite actuellement une communauté de 22 moines cisterciens trappistes de 45 à 96 ans. Ils ont gardé une boutique ou l'on peut trouver des produits monastiques de nombreuses autres abbayes (gâteaux, biscuits, chocolat, confiserie, charcuterie, boissons, bougies, produits d'hygiène corporelle...), ainsi qu'une Librairie religieuse (livres, cartes, CD, DVD).

Il est aussi possible d'y effectuer des retraites.

Place aux photos prises sur place.

 

Abbaye d'Aiguebelle (2)

Abbaye d'Aiguebelle (3)

Abbaye d'Aiguebelle (4)

Abbaye d'Aiguebelle (5)

Abbaye d'Aiguebelle (6)

Abbaye d'Aiguebelle (7)

Abbaye d'Aiguebelle (8)

Abbaye d'Aiguebelle (9)

Abbaye d'Aiguebelle (10)

Abbaye d'Aiguebelle (11)

Abbaye d'Aiguebelle (12)

Abbaye d'Aiguebelle (13)

Abbaye d'Aiguebelle (14)

Abbaye d'Aiguebelle (15)

Abbaye d'Aiguebelle (16)

Abbaye d'Aiguebelle (17)

Abbaye d'Aiguebelle (18)

Abbaye d'Aiguebelle (19)

Abbaye d'Aiguebelle (20)

Abbaye d'Aiguebelle (21)

Abbaye d'Aiguebelle (22)

Abbaye d'Aiguebelle (23)

 

On arrive au Mémorial de Tibhirine. Les 19 martyrs d'Algérie constituent un groupe de chrétiens catholiques qui furent assassinés entre 1994 et 1996 pendant la guere civile algérienne. Il est composé d'un évêque, de six religieuses et de douze prêtres et religieux, dont les sept moines de Tibhirine. Ils sont reconnus martyrs par le pape François et béatiffiés en Algérie.

 

Abbaye d'Aiguebelle (24)

Abbaye d'Aiguebelle (25)

Abbaye d'Aiguebelle (26)

Abbaye d'Aiguebelle (27)

 

On finit la visite par le magasin.

 

Abbaye d'Aiguebelle (28)

Abbaye d'Aiguebelle (29)

Abbaye d'Aiguebelle (30)

 

Et voilà, vous connaissez tout sur les moines d'Aiguebelle.

La prochaine fois, nous resterons encore un peu dans le monde du chocolat, mais je ne vous en dit pas plus...

 

Bisettes du week-end

 

Calinquette

 

 

Abbaye d'Aiguebelle (31)

Posté par Calinquette à 08:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


06 mars 2019

A la chocolaterie d'Aiguebelle

Salon Donzère (1)

 

J'ai répondu à une invitation pour un salon créatif. Si je ne peux pas bricoler, je peux au moins admirer le travail des autres, et ainsi j'en ai profité pour voir ma soeur durant le week-end. Je peux vous dire que je deviens la spécialiste des déplacements en trains, tant que je ne peux pas conduire.

Bref, direction Donzère dans la Drôme, dans l'ancienne chocolaterie d'Aiguebelle.

L'Abbaye d'Aiguebelle se situe à Montjoyer (voir carte ci-dessous). C'est une des plus anciennes abbaye cistercienne de France. Elle a été fondée en 1137. Après avoir travaillé la terre, les moines ont monté successivement une chocolaterie, une filature et une distillerie. Depuis 1906, leur produit principal est une boisson tonifiant à base de cinquante-deux plantes.

Née en 1868 de la volonté des moines de l’abbaye d’Aiguebelle, la chocolaterie d'Aiguebelle élabore de manière traditionnelle des chocolats et confiseries de qualité.

La chocolaterie prit un rapide essor, il fallut faire appel à la main d'oeuvre extérieure. Mais le présence de laïcs entraîna des perturbations dans la vie du monastère : une "délocalisation" s'imposait.
Le site de Donzère fut choisi en raison de la proximité de l'abbaye et de la voie ferrée (pour l'exportation du chocolat).
La Chocolaterie à été construite à la fin du XIXème siècle.
Ce bâtiment est remarquable par son plan curieux en forme de croix, avec des rotondes, son architecture austère (peu de décorations), la présence d'une structure métallique avec supports en fonte, un bel escalier double sous la rotonde décorée de fresques (à sujets bibliques) peintes par Loÿs Prat, peintre donzérois (1879-1934), une immense cheminée sobrement décorée de bagues et d'un ajustement de pierres régulier.
La chocolaterie a commencé à fonctionner en 1895. Elle a vécu, comme le monastère, en autarcie : des donzérois ont été embauchés ainsi que des jeunes venus surtout de l'Ardèche qui vivaient sur place, d'où la présence de cuisine, réfectoire, dortoirs. On élevait porcs et vaches, on cultivait un immense jardin potager, etc. Vers 1901, le monastère se démet des parts qu'il avait dans la société et peu à peu perd son rôle d'usine couvent.monastère.
L'activité de la chocolaterie se poursuivra jusqu'en 1978, date de sa fermeture définitive. 

En 1941 les moines de l’Abbaye d’Aiguebelle s’installent au Maroc et mettent en œuvre leur savoir-faire de maîtres chocolatiers.

Salon Donzère (2)

 

L'usine Sainte Marie à Donzére à été conçue sur trois niveau de 4100m² à partir d'un plan cruciforme. L'espace des anciens jardins ouvriers à été reconverti en lotissement depuis la fermeture défintive de l'usine.

Sur les toits au Sud du bâtiment une statue de Joseph, le charpentier tenant une scie à bois, sur les toits au Nord, une statue de la vierge Marie.

 

Salon Donzère (3)

 

Salon Donzère (4)

Salon Donzère (5)

Salon Donzère (6)

 

En face du bâtiment, un petit bassin fait le bonheur d'un groupe de canards.

 

Salon Donzère (7)

Salon Donzère (8)

Salon Donzère (9)

Salon Donzère (10)

 

Mais le but de la visite, c'était bien ceci :

 

Salon Donzère (11)

 

Il y en avait pour tous les goûts. De la couture, du tricot, du crochet, du permagano, des gâteaux (pas pris en photos, mais bien dégustés).

 

Salon Donzère (12)

Salon Donzère (13)

Salon Donzère (14)

Salon Donzère (15)

Salon Donzère (16)

Salon Donzère (17)

Salon Donzère (18)

Salon Donzère (19)

Salon Donzère (20)

Salon Donzère (21)

Salon Donzère (22)

Salon Donzère (23)

Salon Donzère (24)

Salon Donzère (25)

Salon Donzère (26)

Salon Donzère (27)

Salon Donzère (28)

Salon Donzère (29)

Salon Donzère (30)

Salon Donzère (31)

Je suis repartie avec un nouveau porte clés chat et une cigale remplie de lavande.

 

Salon Donzère (33)

 

Je n'ai pas été déçue par le déplacement. D'abord, bien qu'ayant vécu longtemps dans cette région, je ne connaissais pas l'ancienne Abbaye Saine Marie. Un bel endroit. Et la joie d'admirer de bien belles créations ! Je suis ravie de partager ma découverte avec vous. Et merci à Nicolle B pour son invitation. Et si vous êtes dans la région, n'hésitez pas à aller voir cette association, les personnes sont très agréables et font plein d'activités différentes.

 

Je suis repartie enchantée, des idées plein la tête.

 

Bisouilles à tous.

 

Calinquette

 

 

Salon Donzère (34)

20 février 2019

Salon patchwork

Salon patchwork (1)

 

Envie de partager avec vous un instant d'émermeillement.

La visite d'un salon de patchwork. Des réalisations plus belles les unes que les autres, un travail de fourmis.

 

Salon patchwork (2)

Salon patchwork (3)

Salon patchwork (4)

Salon patchwork (5)

Salon patchwork (6)

Salon patchwork (7)

Salon patchwork (8)

Salon patchwork (9)

Salon patchwork (10)

Salon patchwork (11)

Salon patchwork (12)

Salon patchwork (13)

Salon patchwork (14)

Salon patchwork (15)

Salon patchwork (16)

 

Des heures de travail, une minutie incroyable pour le plus grand plaisir de nos yeux.

 

Bisous à tous

 

Calinquette

 

 

Salon patchwork (17)

Posté par Calinquette à 06:18 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2019

Puces des couturières

Puces des couturières (1)

 

Dimanche dernier, je me suis fait un petit plaisir en allant à des puces de couturières. Plein de belles choses à voir ! Un régal.

 

Puces des couturières (2)

Puces des couturières (3)

Puces des couturières (4)

Puces des couturières (5)

Puces des couturières (6)

Puces des couturières (7)

Puces des couturières (8)

 

Je ne suis pas revenuue les mains vides. De la broderie anglaise, un napperon, un jupon.

Puces des couturières (9)

 

Et de jolies dentelles.

Puces des couturières (10)

 

Parallèlement, je me suis fait aussi plaisir sur Facebook. Les merveilleuses dentelles de Claudia où j'ai commandé deux dentelles, et reçu deux autres en cadeau.

Puces des couturières (11)

 

Dans les plaisirs, un petit coussin pour trois fois rien, trouvé sur un marché, et lors d'un marché de Noël, de jolies fleurs en céramique.

Puces des couturières (12)

 

J'avais envie de partager avec vous quelques petits bonheurs.

 

Bisous tout doux

 

Calinquette

 

 

Puces des couturières (13)

Posté par Calinquette à 06:38 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : ,

09 septembre 2018

Elle surplombe la rivière Ardèche

Aiguèze + Sauze (1)

 

Je continue à vous montrer  les endroits où je me suis promenée en famille durant une semaine.

J'ai eu envie de revoir Aiguèze. Un joli village, qui bien qu'il domine la rivière Ardèche, se trouve dans le Gard.

Un versant perché sur une falaise surplombant les gorges de l’Ardèche, l’autre tourné vers les vignobles des Côtes du Rhône... Le double visage de cette ancienne forteresse séduit tant par sa simplicité que par son cadre exceptionnel. Perché sur un piton rocheux, Aigèze est un pittoresque village médiéval surplombant l'entrée des Gorges de l'Ardèche. Classé parmi les plus beaux villages de France, Aiguèze charme tout particulièrement ses visiteurs, avec les vestiges de sa forteresse, ses ruelles pavées bordées de belles demeures, son église au portail Renaissance et sa petite place ombragée de platanes. Le chemin de ronde, situé au pied du rocher de la forteresse, offre un magnifique panorama sur les paysages alentours.

 

Aiguèze + Sauze (2)

Aiguèze + Sauze (3)

Aiguèze + Sauze (4)

Aiguèze + Sauze (5)

Aiguèze + Sauze (6)

Aiguèze + Sauze (7)

Aiguèze + Sauze (8)

Aiguèze + Sauze (9)

Aiguèze + Sauze (10)

Aiguèze + Sauze (11)

Aiguèze + Sauze (12)

Aiguèze + Sauze (13)

Aiguèze + Sauze (14)

Aiguèze + Sauze (15)

Aiguèze + Sauze (16)

Aiguèze + Sauze (17)

Aiguèze + Sauze (18)

Aiguèze + Sauze (19)

Aiguèze + Sauze (20)

Aiguèze + Sauze (21)

Aiguèze + Sauze (22)

Aiguèze + Sauze (23)

Aiguèze + Sauze (24)

Aiguèze + Sauze (25)

Aiguèze + Sauze (26)

Aiguèze + Sauze (27)

Aiguèze + Sauze (28)

Aiguèze + Sauze (29)

Aiguèze + Sauze (30)

 

Après une bonne glace à la rose et à la violette, nous avons traversé le pont pour rejoindre Saint Just d'Ardèche en contrebas.

Les jeunes voulaient se baigner.

 

Aiguèze + Sauze (31)

 

J'ai retrouvé avec plaisir la plage de Sauze. Mais je n'ai pu que tremper les pieds, trop d'eau pour moi qui ne peut plus nager avec mes épaules.

 

Aiguèze + Sauze (32)

Aiguèze + Sauze (33)

Aiguèze + Sauze (34)

 

Des lieux que j'ai eu plaisir à retrouver. Et c'est encore plus agréable de les revoir avec des êtres chers.

 

Ce n'est pas fini, je reviendrai rapidement vers vous pour la suite.

 

Gros bisous

 

Calinquette

 

 

Aiguèze + Sauze (35)

Posté par Calinquette à 06:18 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07 septembre 2018

Au comptoir

Le Comptoir de Mathilde (1)

 

Je continue de vos conter ma balade dans le Sud Drôme.

 

A Tulette, il existe un lieu de perdition ! Le comptoir de Mathilde. Très joli dès l'extérieur :

 

Le Comptoir de Mathilde (2)

Le Comptoir de Mathilde (3)

Le Comptoir de Mathilde (4)

Le Comptoir de Mathilde (5)

 

On y trouve de l'épicerie fine, des alcools, des gâteaux et surtout du délicieux chocolat !

 

Le Comptoir de Mathilde (6)

Le Comptoir de Mathilde (7)

Le Comptoir de Mathilde (8)

 

Tout est bien décoré, avec plein de brocantes sur les étagères du dessus.

 

Le Comptoir de Mathilde (9)

Le Comptoir de Mathilde (10)

Le Comptoir de Mathilde (11)

Le Comptoir de Mathilde (12)

 

Des pâtes à tartiner à tomber !

 

Le Comptoir de Mathilde (13)

Le Comptoir de Mathilde (14)

Le Comptoir de Mathilde (15)

Le Comptoir de Mathilde (16)

Le Comptoir de Mathilde (17)

Le Comptoir de Mathilde (18)

Le Comptoir de Mathilde (19)

Le Comptoir de Mathilde (20)

Le Comptoir de Mathilde (21)

 

Un petit bar africain pour boire un coup, manger une glace.

 

Le Comptoir de Mathilde (22)

Le Comptoir de Mathilde (23)

Le Comptoir de Mathilde (24)

 

Après un bon moment à tout regarder, à goûter pas mal de bonnes choses, nous sommes repartis avec des guimauves au chocolat, du chocolat, des bonbons, des pâtes à tartiner, chacun selon ses goûts.

Je vous le dis, un véritable lieu de perdition ! A éviter en cas de régime...

Un lieu à visiter seul(e) ou en famille.

 

Bisous à tous

 

Cainquette

 

 

Le Comptoir de Mathilde (25)

Posté par Calinquette à 06:25 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 septembre 2018

Au pays de la Marquise 2

Au pays de la Marquise 2 (1)

 

Coucou !

La dernière fois, je vous ai laissé(e)s juste avant la visite du château de Grignan. Nous allons donc nous y rendre aujourd'hui.

Au cœur de la Drôme provençale, dominant plaines et montagnes, le château de Grignan est bâti sur un promontoire rocheux surplombant le village. Témoin de l’architecture Renaissance et du classicisme français, l’édifice a connu une histoire mouvementée. Château fort mentionné dès le 11e siècle, il est transformé à la Renaissance en une prestigieuse demeure de plaisance par la famille des Adhémar. Au 17e siècle, la marquise de Sévigné y séjourne auprès de sa fille Françoise-Marguerite. Démantelé à la Révolution puis reconstruit au début du 20e siècle, il appartient depuis 1979 au Département de la Drôme qui poursuit un programme ambitieux de restaurations et d’acquisitions. Classé Monument historique en 1993 et labellisé Musée de France, le château de Grignan offre aux visiteurs de précieux témoignages sur l’art de vivre à différentes époques. Ce lieu enchanteur sert également de cadre à une programmation culturelle tout au long de l’année.

 

Personnages célèbres

Présentation de quatre personnages qui ont façonné l'histoire du château et contribué à sa notoriété.

Les Adhémar

Les circonstances d'installation des Adhémar à Grignan sont encore obscures. Le premier seigneur connu par un texte authentique de 1239 est Giraud Adhémar. Son prénom sera d'ailleurs transmis à onze de ses descendants. La famille Adhémar est omniprésente dans la région ; son histoire est étroitement liée au château tout au long du Moyen Âge. Les Adhémar vont connaître les honneurs militaires et, lors des croisades, s'illustrent dans le métier des armes. C'est à la fin du 15e siècle que Gaucher Adhémar hérite du château de Grignan et devient baron de Grignan. Il organise les premières transformations de l'édifice et engage la construction de la grande galerie. Gaucher Adhémar s'éteint en 1516. Son fils Louis lui succède. Gentilhomme ordinaire de la chambre du roi François 1er, il combat sous ses ordres en Italie. Le roi lui rendra visite au château en 1533. Durant sa vie, Louis Adhémar transforme radicalement le château. En 1535, il entreprend la construction de l'église Saint-Sauveur.

Le comte de Grignan

François de Castellane-Ornano-Adhémar de Monteil de Grignan, duc de Termoli, comte de Grignan et Campobasso, baron d'Entrecasteaux et chevalier de l'Ordre du roi, fait carrière dans l'armée et combat sous les ordres de Louis XIV. Sa conversation agréable et son caractère aimable séduisent ses contemporains et plaisent à mademoiselle de Sévigné, fille de la célèbre marquise. Ainsi, en 1669, à trente-six ans, deux fois veuf, il épouse Françoise-Marguerite de Sévigné qui s'installe au château en juin 1671. Le comte, devenu lieutenant général de Provence, aménage le château pour recevoir, festoyer et briller ; il dépense sans compter. Françoise-Marguerite de Grignan décède en 1705 et son mari en 1714. Leur fille, Pauline de Simiane, ne peut faire face aux créanciers. Le château est donc vendu en 1732 au marquis Jean-Baptiste de Felix du Muy.

Léopold Faure

Léopold Faure est un riche Grignanais qui rachète en 1838 à la famille du Muy le château détruit, pillé, abandonné. Il réalise le sauvetage de l'édifice : les terrasses sont consolidées, des toitures sont aménagées pour protéger ce qui subsiste. Il se lance à la recherche du mobilier qui appartenait jadis au lieu, rachetant meubles, tableaux, objets, sans être assez riche pour organiser de véritables restaurations. Il décède en 1883. En 1902, le château est vendu au célèbre dandy Boniface de Castellane qui n'hésite pas à le dépouiller de ses plus beaux atours.

Marie Fontaine

Attirée par l'Italie et la campagne provençale, Marie Fontaine, riche veuve du nord de la France, découvre le château de Grignan. Elle l'achète en 1912 et décide de consacrer sa fortune à sa restauration. Elle prend conseil auprès des érudits de son temps et organise des aménagements. La démarche et la qualité des travaux reflètent les goûts de la haute bourgeoisie de la Belle Epoque. Lorsque Marie Fontaine décède en 1937, ses héritiers ne poursuivent pas son œuvre. Le château, bien que partiellement habité, est peu à peu délaissé jusqu’à son rachat en 1979 par le Département de la Drôme.

Au pays de la Marquise 2 (2)

 

La Marquise de Sévigné

Marie de Rabutin-Chantal est née le 5 février 1626 place Royale dans le Marais à Paris. Orpheline à 7 ans, elle est élevée par son oncle, Philippe II de Coulanges. Elle reçoit une éducation libre et moderne, lit des auteurs contemporains et se forme l’esprit en pratiquant la conversation. A dix-huit ans, Marie de Rabutin épouse Henri de Sévigné, issu d’une grande famille de Bretagne. De ce mariage naissent deux enfants, Françoise-Marguerite et Charles. Son mari meurt lors d’un duel en 1651.  Madame de Sévigné s’installe à Paris et participe à la vie mondaine. Appréciée pour sa beauté et son esprit, elle est invitée à Versailles avec sa fille Françoise-Marguerite.

En 1669, sa fille épouse François Adhémar, comte de Grignan. Tous habitent dans le même hôtel particulier dans le Marais, jusqu’au jour où le comte, nommé lieutenant général pour le roi en Provence, quitte Paris. Chagrinée par cette séparation, Madame de Sévigné écrit le 6 février 1671 sa première lettre à sa fille, deux jours après son départ pour rejoindre son mari installé à Aix puis à Grignan.

Du simple badinage aux profondes réflexions, la correspondance de Madame de Sévigné apparaît comme la chronique d’une famille et d’une société au 17e siècle. Elle fera d’elle une des plus célèbres épistolières de la littérature française. Jamais publiées de son vivant, ses premières lettres sont découvertes après sa mort dans les Mémoires et Lettres de son cousin Roger de Bussy-Rabutin. Elles seront ensuite éditées sans autorisation de la famille, puis en 1734 par un éditeur aixois avec l’accord de sa petite-fille, Pauline de Simiane.  Grâce à la diffusion de ses lettres, Madame de Sévigné est reconnue dès le 18e siècle comme un grand auteur, d’abord en France puis en Angleterre. Ecrivains, artistes, érudits se passionnent pour son œuvre littéraire et voyagent à la recherche de ses traces. Grignan les attire comme lieu de mémoire : le château, la collégiale, la grotte de Rochecourbière… Même en ruine, le château séduit les voyageurs, curieux de « nobles souvenirs » et de patrimoine. Bien que Madame de Sévigné n’ait effectué que trois séjours au château, elle marque profondément ce lieu de sa présence. C’est grâce à elle que les différents propriétaires se lanceront dans la restauration de l’édifice. L'esprit et la mémoire de la marquise de Sévigné demeurent à tout jamais attachés au lieu.

 

Au pays de la Marquise 2 (3)

Au pays de la Marquise 2 (4)

Au pays de la Marquise 2 (5)

Au pays de la Marquise 2 (6)

Au pays de la Marquise 2 (7)

Au pays de la Marquise 2 (8)

Au pays de la Marquise 2 (9)

Au pays de la Marquise 2 (10)

Au pays de la Marquise 2 (11)

Au pays de la Marquise 2 (12)

Au pays de la Marquise 2 (14)

Au pays de la Marquise 2 (14)

Au pays de la Marquise 2 (15)

Au pays de la Marquise 2 (16)

Au pays de la Marquise 2 (17)

Au pays de la Marquise 2 (18)

Au pays de la Marquise 2 (19)

Au pays de la Marquise 2 (20)

Au pays de la Marquise 2 (21)

Au pays de la Marquise 2 (22)

Au pays de la Marquise 2 (23)

Au pays de la Marquise 2 (24)

Au pays de la Marquise 2 (25)

Au pays de la Marquise 2 (26)

Au pays de la Marquise 2 (27)

Au pays de la Marquise 2 (28)

Au pays de la Marquise 2 (29)

Au pays de la Marquise 2 (30)

Au pays de la Marquise 2 (31)

Au pays de la Marquise 2 (32)

Au pays de la Marquise 2 (33)

Au pays de la Marquise 2 (34)

Au pays de la Marquise 2 (35)

Au pays de la Marquise 2 (36)

Au pays de la Marquise 2 (37)

Au pays de la Marquise 2 (38)

Au pays de la Marquise 2 (39)

Au pays de la Marquise 2 (40)

Au pays de la Marquise 2 (41)

Au pays de la Marquise 2 (42)

 

Il reste encore un côté du château à restaurer.

 

Au pays de la Marquise 2 (43)

Au pays de la Marquise 2 (44)

 

Voilà. Si vous passez par Grignan, arrêtez-vous. La petite ville est bien jolie, le château très beau et encore bien meublé.

De plus vous pourrez aussi vous rendre au village provençal qui regorge de santons mis en scènes animées et sonorisées, le musée de la typographie, et encore plein de choses, au milieu des champs de lavande et de vignes.

J'ai vécu des années à quelques kilomètres de Grignan et je n'avais jamais visité le village et le château, juste le village de santons. Au final, la famille, cela a du bon. Ca nous fait sortir...

 

La prochaine fois, nous irons ailleurs, mais je n'en dis pas plus...

 

BiZoux !

 

Calinquette

 

 

Au pays de la Marquise 2 (45)

Posté par Calinquette à 08:31 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 septembre 2018

Au pays de la Marquise 1

Au pays de la Marquise 1 (1)

 

Durant l'été, j'ai profité d'une semaine de liberté, mon kinésithérapeute étant en congés, et non remplacé, pour venir dans la Drôme du Sud. Ce fut l'occasion de passer de bons moments avec de la famille de passage.

Nous avons fait quelques balades.

 

La première : Grignan.

 

le-chateau-de-grignan-1041435904-1323243

 

L’histoire de Grignan se confond le plus souvent avec l’histoire de son château et de ses résidences successives.
Le bourg castral, mentionné dès 1105, se développe aux XIIIe et XIVe siècles, avec le rôle grandissant de la puissante famille des Adhémar de Monteil, dont la branche cadette (les Adhémar de Grignan), possèdera définitivement la seigneurie dès 1239.
Le village, blotti au pied de son château, restera abrité à l’intérieur de ses murailles jusqu’à l’extrême fin du XVe siècle.

La première extension de l’agglomération interviendra au milieu du XVIe siècle, avec la création du grand et du petit faubourg, de la promenade et jeux du Mail (1550), et la construction, hors les murs, de la halle aux grains (1553), à l’emplacement actuel de la mairie.
De cette même époque datent encore l’édification de la collégiale Saint-Sauveur (1535-1542) et les grands travaux d’embellissement du château (1543-1557) qui transforment l’ancienne forteresse médiévale en un somptueux palais de la Renaissance.

Le bourg et son château connaîtrons d’autres heures de gloire au XVIIe siècle avec François de Castellane Adhémar, comte de Grignan, qui exerça pendant près d’un demi siècle les fonctions de lieutenant général et de gouverneur de la Provence.
Son mariage avec Françoise Marguerite de Sévigné en 1669, sera à l’origine de la célèbre correspondance épistolaire échangée entre la marquise de Sévigné et sa fille, la comtesse de Grignan.

Dès le XVIIIe siècle, le souvenir de Mme de Sévigné et sa gloire littéraire naissante, sauveront le château de Grignan de la ruine et de l’oubli.

La modernisation du village aux XIXe et XXe siècles accompagnera le développement économique, tout en préservant la richesse de son patrimoine architectural et la qualité de ses paysages.

 

Place aux photos :

 

Au pays de la Marquise 1 (2)

 

Au pays de la Marquise 1 (3)

 

Au départ, nous y sommes allées entre filles pour voir le marché de la laine et de la soie. Mais nous avons aussi visité la ville avant de nous rendre au château de la Marquise de Sévigné.

 

Au pays de la Marquise 1 (4)

 

Au pays de la Marquise 1 (5)

Au pays de la Marquise 1 (6)

Au pays de la Marquise 1 (7)

Au pays de la Marquise 1 (8)

Au pays de la Marquise 1 (9)

Au pays de la Marquise 1 (10)

Au pays de la Marquise 1 (11)

Au pays de la Marquise 1 (12)

Au pays de la Marquise 1 (13)

 

La collégiale de Saint Sauveur, avec son tout nouveau parvis. Elle se situe sous la terrasse sud-ouest du château et abrite la tombe de la marquise de Sévigné.

 

Au pays de la Marquise 1 (14)

Au pays de la Marquise 1 (15)

Au pays de la Marquise 1 (16)

Au pays de la Marquise 1 (17)

Au pays de la Marquise 1 (18)

Au pays de la Marquise 1 (19)

Au pays de la Marquise 1 (20)

Au pays de la Marquise 1 (21)

Au pays de la Marquise 1 (22)

Au pays de la Marquise 1 (23)

Au pays de la Marquise 1 (24)

Au pays de la Marquise 1 (25)

Au pays de la Marquise 1 (26)

Au pays de la Marquise 1 (27)

Au pays de la Marquise 1 (28)

Au pays de la Marquise 1 (29)

Au pays de la Marquise 1 (30)

Au pays de la Marquise 1 (31)

Au pays de la Marquise 1 (32)

 

Madame la Marquise et moi-même espérons que la promenade vous a plu.

La visiste n'est pas terminée, il nous reste à vous montrer le château. Mais ça, ce sera pour la prochaine fois...

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, l’été vous pouvez assister au festival de la correspondance et aux fêtes nocturnes. Pendant quelques jours le village vit au temps des belles lettres et de la lecture.

On rencontre conteurs, lecteurs et calligraphes au coin des rues, dans les cafés littéraires.

Des acteurs célèbres donnent des spectacles autour du thème de la lecture et de la poésie, sur le parvis de la collégiale et dans les jardins du château.

 

Au pays de la Marquise 1 (33)

 

A très vite donc pour la découverte du château de Grignan, dans les pas de Madame de Sévigné et de moi-même.

 

Bisouilles

 

Calinquette

 

 

Au pays de la Marquise 1 (34)

 

Posté par Calinquette à 16:49 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

16 août 2018

Encore un feu...

Feu d'artifice 15 août 2018 (1)

 

Mine de rien, l'été est bien entamé... Alors, il faut en profiter au maximum !

 

Pour le quinze août, j'ai assisté à un nouveau feu d'artifice. Je vous propose quelques photos...

 

Feu d'artifice 15 août 2018 (2)

Feu d'artifice 15 août 2018 (3)

Feu d'artifice 15 août 2018 (4)

Feu d'artifice 15 août 2018 (5)

Feu d'artifice 15 août 2018 (6)

Feu d'artifice 15 août 2018 (7)

Feu d'artifice 15 août 2018 (8)

Feu d'artifice 15 août 2018 (9)

Feu d'artifice 15 août 2018 (10)

Feu d'artifice 15 août 2018 (11)

Feu d'artifice 15 août 2018 (12)

Feu d'artifice 15 août 2018 (13)

Feu d'artifice 15 août 2018 (14)

Feu d'artifice 15 août 2018 (15)

Feu d'artifice 15 août 2018 (16)

Feu d'artifice 15 août 2018 (17)

Feu d'artifice 15 août 2018 (18)

Feu d'artifice 15 août 2018 (19)

Feu d'artifice 15 août 2018 (20)

Feu d'artifice 15 août 2018 (21)

Feu d'artifice 15 août 2018 (22)

Feu d'artifice 15 août 2018 (23)

Feu d'artifice 15 août 2018 (24)

Feu d'artifice 15 août 2018 (25)

Feu d'artifice 15 août 2018 (26)

Feu d'artifice 15 août 2018 (27)

Feu d'artifice 15 août 2018 (28)

Feu d'artifice 15 août 2018 (29)

Un moment agréable à regarder ce joli spectacle sons et lumières.

 

Et vous, avez-vous vu de jolis feux ? Votre été s'est-il bien passé ?

 

Bisous tout doux

 

Calinquette

 

 

Feu d'artifice 15 août 2018 (30)

Posté par Calinquette à 19:40 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

02 août 2018

Pet sitter

PET SITTER (1)

 

Hello ! Bonjour à tout(es) celles et ceux qui sont encore là.

Certain(e)s sont parti(e)s en vacances, d'autres pas encore, d'autres resteront chez eux cet été.

Bon, vous l'avez compris, je fais partie de ceux qui ne partiront pas.

Je remercie vivement les personnes qui m'ont contactée et porté leur amitié, suite à mon dernier message. Votre soutien me fait énormément de bien !

De fait que je suis coincée dans ma vie, j'ai pu rendre service à une nouvelle connaisance, une dame veuve depuis un an, qui partait près de quinze jours avec ses enfants et qui n'avait personne pour garder ses quatre bébés chats.

Me connaissant, je ne pouvais refuser un tel service...

Je les ai pris en photos avec mon portable, mais vraiment pas évident ! Ils sont tellement agiles à cet âge...

 

PET SITTER (2)

PET SITTER (3)

PET SITTER (4)

PET SITTER (5)

PET SITTER (6)

PET SITTER (7)

PET SITTER (8)

PET SITTER (9)

PET SITTER (10)

PET SITTER (11)

PET SITTER (12)

PET SITTER (13)

 

Chaque jour, après le ruée vers la gamelle, c'était la pause câlins. J'en ai eu des ronrons, des gâtés !!!

PET SITTER (14)

PET SITTER (15)

PET SITTER (16)

PET SITTER (17)

 

Plus dur était le moment de les laisser, car de suite ils se mettaient à pleurer, les pauvres bichons... En tout cas, les animaux nous donnent une belle leçon de vie, nous apportant l'amour sans conditions aucune. De m'occuper d'eux m'a été très salvateur.

 

Je me suis régalée à m'occuper d'eux. Et je dois avouer qu'ils me manquent un peu depuis que leur maîtresse est rentrée. Mais je sais que je vais bientôt les revoir...

 

Bon mois d'août à toutes et tous.

 

Bisous ! Bizoux !

 

Calinquette

 

 

PET SITTER (18)

Posté par Calinquette à 06:22 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,