Calinquette

29 août 2016

A travers les rideaux

20 08 16 (1)

 

L'autre soir, en regardant le soleil se coucher, j'ai vu les reflets qu'il faisait sur mes rideaux et je n'ai pas résisté à l'envie de prendre des photos, de vous les offrir, ainsi qu'à Arlette & Sylvie pour les ciels du lundi.

20 08 16 (2)

20 08 16 (3)

20 08 16 (4)

20 08 16 (5)

 

Dehors c'était ça.

20 08 16 (6)

 

20 08 16 (9)

20 08 16 (10)

20 08 16 (7)

20 08 16 (8)

Belle semaine. Doux bisous.

 

Calinquette

 

20 08 16 (11)

Posté par Calinquette à 06:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :


27 août 2016

Vers la Vallée d'Aoste

0

2

 

Tout doucement nous avançons vers la France. Je dis bien tout doucement, car pas vraiment envie de rentrer pour retrouver le train train quotidien...

Passer par Bergame et penser à une personne qui y a vu le jour et qui est maintenant disparue, mais qui a beaucoup compté pour moi.

 

3 BERGAMO (1)

3 BERGAMO (2)

 

Puis avancer encore pour passer par le lac de Côme. Je conduisais, donc pas de photos personnelles, juste une ou deux du Net.

4 LAC DE COME (1)

4 LAC DE COME (2)

4 LAC DE COME (3)

 

Puis le lac Majeur.

5 VARESE

6 LAC MAJEUR (1)

6 LAC MAJEUR (2)

 

Passer par Varese.

7 DIRECTION CHATILLON

 

Et finir la journée à mille cinq cents mètres d'altitude, dans un charmant camping, près de Châtillon, dans la Vallée d'Aoste.

 

8 CHATILLON (1)

8 CHATILLON (2)

 

Se promener alentour et se régaler de beaux paysages.

8 CHATILLON (3)

8 CHATILLON (4)

8 CHATILLON (5)

 

Joseph Marie Trèves a fondé dans ce hameau la "Jeune Vallée d"Aoste", un groupe régionaliste dont le programme est résolument antifasciste : la sauvegarde des traditions et de la langue française et la transformation du Royaume d'Italie en une fédération républicaine des régions italiennes dans le cadre plus large d'une fédération européenne. Traqué par les milices fascistes, ce mouvement devient bientôt clandestin, et ses adhérents animeront la résistance antifasciste en Vallée d'Aoste, des années 1943-1945.La « Jeune Vallée d'Aoste » n'a pas formé un parti politique au sens traditionnel, c'était un rassemblement d'hommes, d'horizon politique différents mais animés par le patriotisme valdôtain. 

 

8 CHATILLON (6)

8 CHATILLON (7)

8 CHATILLON (8)

8 CHATILLON (9)

 

Et finir la soirée dans le restaurant du domaine pou y déguster de délicieuses pâtes au sanglier.

8 CHATILLON (10)

 

A cette altitude, rien ne nous a réveillé. L'air pur nous a rapidement endormis.

 

Très belle journée, @ bientôt.

 

Calinquette

 

 

z

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 août 2016

La Sérénissime

1

 

Cela faisait si longtemps que je rêvais d'y aller... Maintenant, c'est fait ! C'était sur notre route du retour et nous y avons passé la journée du seize juillet.

Je veux parler de Venise !

Venise a cette faculté unique de provoquer l’étonnement dès qu'on y pénètre. Aucun cliché ne rendra jamais l’ambiance de ses ruelles tortueuses, de ses placettes, de ses canaux et de ses églises.
Venise, la Sérénissime, est une ville née de la mer et tournée vers la mer, qui de tout temps a su batailler pour préserver son indépendance. De ce glorieux passé, elle a gardé palais et vieilles demeures qui, aujourd’hui, sont autant de musées qui témoignent de sa superbe d’antan.
Venise, c’est du charme presque à tous les coins de rue, un étrange mélange entre le déjà-vu et l’étonnement de la découverte, la carte postale et le demi-mot, un grand plongeon dans le Moyen Âge.


Nous pensions la ville plus petite qu'elle ne l'est et comme nous n'avions pas pris de plan, nous nous sommes perdus. Mais qu'importe, nous avons aussi vu des endroits splendides, loin de la foule. Et cela ne nous a pas empêché de voir les principaux monuments. Venise est une ville unique au monde. Aucune photo, aucun film ne lui rend hommage. Il faut y aller pour l'apprécier et tomber sous son charme. Chaque détour, chaque rue est un émerveillement. Et quelle gifle de beauté quand on arrive sur la place Saint Marc !

Mais une journée ne suffit pas pour la visiter. Et quand on la quitte, on n'a qu'une seule envie, la revoir... Je rêve déjà d'y retourner !

2

3

 

J'ai fait tellement de photos que j'ai eu énormément de mal à faire un choix. Même si j'en ai supprimé de nombreuses, il en reste encore pas mal. J'ai hésité à séparer ce billet en deux, mais au final, j'ai décidé de n'en faire qu'un. Alors, je vous préviens, cela va être long. Installez-vous tranquillement et dégustez...

 

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

 

Après cette magnifique journée, nous sommes partis en quête d'un camping pour la nuit. Nous avons pris la diection de Padoue.

52

53

 

Padoue, une très belle ville dont l'architecture et les richesses artistiques sont essentiellement marquées par l'époque médiévale et la renaissance.

54

55

 

Et trouvée par hasard, la petite ville de Soave. Le profil distinctif de la ville est sa forteresse, le château Castello Scaligero di Soave. Le château, qui remonte au Xè siècle, se trouve dans la ville elle-même mais forme une sorte de village à part à l’intérieur de son épais anneau de murs. 

57

58

59

 60

 

N'ayant pas trouvé de camping, bien fatigués, nous avons assé la nuit sur une aire d'autoroute. Avec notre van, c'est un avantage. En plus sur certaines aires, il y a la douche, donc aucun souci ! Après un beau coucher de soleil, il nous restait à fermer les yeux pour rêver encore à Venise, la sérénissime... Maintenant, chaque fois que je jèterai un oeil sur le masque que j'ai ramené, j'y penserai.

DSCF6270

 

J'espère que malgré sa longeur ce billet vous aura plu. Plein de bisouilles.

 

Calinquette

 

 

z

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 août 2016

L'Istrie

1

 

Dernier jour en Croatie. Nous finissons par l'Istrie.

L’Istrie est une péninsule de l’Adriatique, de forme triangulaire pointée vers le sud, attachée au continent par le nord-est. Son littoral commence au nord-ouest avec le golfe de Trieste, et va jusqu'à la Baie de Kvaner. Son territoire est principalement compris en Croatie.

L’Istrie rappelle l’Italie, toute proche. Elle bénéficie de criques rocailleuses et d’eaux turquoise au charme unique. L’influence vénitienne, de beaux palais baroques, des petites ruelles… c’est tout le charme de cette région. De magnifiques vestiges romains s’éparpillent ici et là, notamment à Pula avec son amphithéâtre. L’Istrie est la région la plus visitée de Croatie.

 

2

 

ROVINJ

 Cernée par la mer, serrée sur un promontoire rocheux qui fut une île jusqu’au XVIII° siècle, bordée d’un petit port lové dans une baie protégée, Rovinj demeure le petit bijou de l’Istrie, et, à ce titre, l’un  des sites les plus visités en Croatie en été. Dominées par la majestueuse église Sainte Euphémie, ses ruelles étroites bordées de vieilles maison décaties et autres palais baroques aux tons pastel affichent un charme fou.

 

3 ROVINJ (2)

3 ROVINJ (3)

3 ROVINJ (4)

3 ROVINJ (5)

3 ROVINJ (6)

3 ROVINJ (7)

3 ROVINJ (8)

3 ROVINJ (9)

3 ROVINJ (10)

3 ROVINJ (11)

3 ROVINJ (12)

3 ROVINJ (13)

3 ROVINJ (14)

3 ROVINJ (15)

3 ROVINJ (16)

3 ROVINJ (17)

 

Quitter Rovinj et traverser des paysages d'oliviers, de vigne, et de terre rouge.

4 DE ROVINJ A PULA

 

But final de notre séjour : Pula.

 

5 PULA (1)

 

PULA, la ville la plus romaine de Croatie.

Une ville riche en vestiges, avec des monuments romains à chaque carrefour, et surtout son amphithéâtre, un des plus grands et des mieux conservés au monde. C’est le sixième plus grand amphithéâtre au monde, il pouvait accueillir jusqu’à 25.000 spectateurs qui venaient assister aux combats de gladiateurs. Il est divisé en 3 parties principales : les gradins réservés aux spectateurs, l’arène, et les sous terrains réservés aux gladiateurs et aux animaux sauvages.

Les combats de gladiateurs furent interdits au 5ème siècle, ainsi que ceux d’animaux au 7èleme sièc. C’est à partir de ce moment qu’on commença à le démanteler afin d’utiliser ses blocs de pierre pour d’autres constructions. Il a cependant échappé au pire puisque Venise envisagea un moment de le transporter à la ville de Venise (on ne sait pas exactement où puisqu’il est plutôt difficile d’imaginer à quel endroit il aurait pu être reconstruit). Il fut sauvé grâce à Gabriele Emo un sénateur vénitien qui en 1583 s’opposa à ce qu’il soit déplacé, en signe de remerciement les habitants posèrent sur l’amphithéâtre une plaque honorant le sénateur. Aujourd’hui y ont lieu principalement des opéras et des concerts.

Selon la mythologie, l’origine de la ville serait liée à l’histoire de Jason et des Argonautes, donc à la quête de la toison d’or. Des colchidiens poursuivant Jason et la fameuse toison d’or n’osèrent pas rentrer chez eux, en Colchide, faute d’avoir réussi à la capturer. Ils préférèrent donc fonder Pula pour y demeurer.

Nous n'avons pas profité de cette ville comme nous l'avions prévu. Si on a craint de ne pas se garer à Dubrovnik, rien n'a été plus facile. Mais à Pula ! Si on n'a pas fait dix fois le tour de la ville... Comme cela nous a fait perdre beaucoup de temps (et usé les nerfs de Monsieur), nous avons surtout vu l'anphithéâtre... Apperçu le reste en voiture. J'ai donc pioché des photos sur le Net pour qu'il ne manque rien.

5 PULA (2)

5 PULA (3)

5 PULA (4)

5 PULA (5)

5 PULA (6)

5 PULA (7)

5 PULA (8)

5 PULA (9)

5 PULA (10)

5 PULA (11)

5 PULA (12)

5 PULA (13)

5 PULA (14)

5 PULA (15)

 

Au parc Tito, une magnifique fontaine de bronze, reproduction parfaite de la ville de Pula.

5 PULA (16)

5 PULA (17)

5 PULA (18)

5 PULA (19)

 

Nous avons quitté cette ville où le stationnement est un jeu pour les nerfs, pour remonter en direction de l'Italie. Un petit arret à Buje.

7 BUJE

 

Et puis, nous avons dit adieu à la Croatie. Deux heures de bouchon à la frontière, au niveau de Koper, sans qu'on sache pourquoi. Un hôtel nous attendait à Trieste. Avec tout le retard accumulé à Pula et à la frontière, nous n'avons pas trop flâné en ville. Du coup, j'ai fait des photos en roulant, donc pas top. Encore une fois, merci Internet...

 

8 TRIESTE

9

10

11

12

13

 

Petit repas italien pour finir la journée. Après avoir dormi chez l'habitant, pas facile de se retrouver en pleine ville au bruit. Nous n'avons pas beaucoup dormi...

14

 

La Croatie, c'est fini.

Je garderai un beau souvenir de ce périple. Se rappeler que la guerre n'est pas si loin, surtout en Bosnie. Que la Croatie est la patrie de la cravate, qui a été répendue en Europe comme un accessoire de mode, par les soldats croates au XVII° siècle. Sous Louis XIV, il a même été crée un régiment spécial "Royal-Cravates". Les parisiens ont adopté ce nouvel article de mode "porté à la croate", ce qui est devenu la racine du mot cravate.

La race des dalamatiens viennent de la région croate de Dalmatie. L'inventeur de la torpille est croate, tout comme celui du stylo mécanique et à plume. Le premier dessin de parachute a été fait par un croate. L'iris est le symbole de la Croatie. Richard Coeur de Lion est passé par la Croatie et a fait un don conséquant à la ville de Dubrovnik. Que la date officielle du début du naturisme à Rab, est l'année 1936, quand les autorités de Rab ont permis au roi anglais Edouard VIII de se baigner nu dans la baie de Kandarola. Et bien d'autres choses encore, mais je finirais par vous ennuyer...

Si certains trouvent ces pays moins évolués que chez nous,  je ne suis pas d'accord. En attendant, chez eux, à chaque coin de rue vous avez des boisssons fraîches. Là bas, on a toujours bu très frais quand on voulait et c'était super. A peine traversé la frontière, c'était fini. On a bien des choses à améliorer chez nous !

La Bosnie et ses gens m'ont conquise. La Croatie est bien belle, même si l'accueil croate est à mon goût bien plus froid. Mais cela ne m'a pas empêchée d'apprécier mon séjour.

 

J'espère que ce voyage par photos interposées vous aura plu. Je vais prolonger un peu avec le retour qui n'étais pas mal non plus. En tout cas, merci pour vos commentaires, et en attendant, gros bisous !

 

Calinquette

 

 

trieste7

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 août 2016

Remonter la côte dalmate

la-croatie-un-decors-de-carte-postale

 

Avant de continuer le récit de mes vacances, je tiens à vous remercier collégialement pour vos bons voeux à l'occasion de mon anniversaire. Je ne vous ai pas répondu individuellement, profitant de ma fille qui a passé le week-end à la maison. Merciiii !

Allez on continue le voyage.

Au départ de Bibinje, nous avons continué à suivre la côte dalmate. Une très (trop) longue route longeant la mer, limitée entre soixante et quarante kilomètres heure. Résultat cinq heures pour faire environ deux cents kilomètres. Cela nous a laissé le temps d'admirer la mer... En face les îles de Baska et de Krk, réputées, mais qui n'étaient pas dans nos projets de visite, Monsieur ne sachant pas nager et ayant peur de l'eau...

 

2

 

3 De Bibinje à Senj (1)

3 de bibinje a senj (2)

3 de bibinje a senj (3)

 

Nous avons fait une halte pour déjeuner à Senj.

Senj (prononcer « sègne ») est une petite ville ancienne qui a gardé ses murailles

. Elle était connue bien avant la conquête romaine, sous le nom de Sénia. Au XIII° siècle, les Frankopani s’en emparèrent et la gardèrent 2 siècles. Après l’irrésistible progression turque dur la côte dalmate et la chute de la forteresse de Klis près de Split, beaucoup de réfugiés s’installèrent à Senj et devinrent corsaires. Connus sous le nom d’Uskoci, ils utilisèrent la ville comme un camp de base pour attaquer les navires vénitiens, ainsi que leurs ports d’Istrie, effectuant des raids à l’occasion sur quelques places fortes turques. Semeurs de tourbles, fauteurs de guerre entre Venise et les Autrichiens, ces derniers finirent par y mettre bon ordre. En 1618, un traité ayant été conclu entre vénitiens et autrichiens, les Uskoci durent quitter Senj et ils se dispersèrent dans les terres. Une statue de bronze impressionnante rappelle cette histoire.

 

4 SENJ (1)

4 SENJ (2)

4 SENJ (3)

4 SENJ (4)

4 SENJ (5)

 

Les repas se font italiens. La statue des Uskocis.

4 SENJ (6)

4 SENJ (7)

Des feuilles enroulées sur elles même à l'entrée d'une église.

4 SENJ (8)

4 SENJ (9)

Puis nous avons repris la route, avec un ciel bien particulier qui me permet de participer au ciel du lundi chez Arlette & Sylvie.

5 DE SENJ A BAKAR (1)

5 DE SENJ A BAKAR (2)

5 DE SENJ A BAKAR (3)

6 Bakar (1)

 

En contrebas de la route, un joli village qui méritait quelques photos : Bakar, dans le Golfe de Kvaner.

6 Bakar (2)

6 Bakar (3)

6 Bakar (4)

6 Bakar (5)

 

Puis, traverser Rijeka, le premier port de Croatie, la troisième agglomération du pays. Cette ville, proche de Venise a aussi son carnaval qui est très réputé, avec sa dizaine de parades et de défilés dans les rues pietonnes de la ville. Outre une petite touche brésilienne, ce carnaval s’inspire de traditions typiquement croates, comme les zvoncari, des hommes recouverts de peaux de mouton qui agitent des cloches pour chasser le mauvais œil. Il faut aussi découvrir les morcici, une figure noire coiffée d'un turban blanc, imitant des boucles d'oreilles tout droit venues d'une légende liée à la résistance contre les Ottomans.
Mais cela a lieu en février...
De manière générale, en cette période de pré-carême, dans les villes du Kvarner en fête, on brûle sur des bûchers le mesopust ou pust, une marionnette rendue responsable des maux de l’année passée.


7 RIJEKA (1)

7 RIJEKA (2)

7 RIJEKA (3)

7 RIJEKA (4)

7 RIJEKA (5)

Puis nous avons pris de la hauteur, à la limite du Gorski Kotar.

Région de montagnes et de verdure, autrefois frontière romaine, le Gorski Kotar reste un lieu de passage, marquant au niveau de la rivière Kupa Kolpa la limite entre la Croatie et la Slovénie. Ces montagnes, composant avec la Lika et les Alpes Dinariques qui s’étendent au Nord du pays sont peu touristiques sont clairsemées de petits villages reliés entre eux par de petites routes sinueuses.

8 Roc (1)

 

Pour nous rendre dans le petit village de Roč. Il n'est pas dans les guides touristiques, cependant il vaut le détour. Tant par sa tranquilité que par le site.

8 Roc (2)

Nos hôtes d'un soir aiment sans modération les objets du passé...

8 Roc (3)

8 Roc (4)

8 Roc (5)

La grappa toujours offerte... Mais, décidément, non ! J'ai préféré une balade seule avec mon appareil photo, mon mari étant fatigué. J'ai trouvé des compagnons de visite entre les chiens et les chats du village.

8 Roc (6)

8 Roc (7)

8 Roc (8)

8 Roc (9)

8 Roc (10)

8 Roc (11)

8 Roc (12)

8 Roc (13)

8 Roc (14)

8 Roc (15)

8 Roc (16)

8 Roc (17)

8 Roc (18)

8 Roc (19)

 

Ces deux minous ne voulaient plus me quitter. Pourtant il a bien fallu. Une bonne nuit de sommeil était fort nécessaire. Au final, nous n'aurons eu que des nuages, pas une goutte de pluie.

8 Roc (20)

C'est un petit pincement au coeur que j'a songé, en me couchant, que c'était notre dernière nuit en Croatie. Les meilleures choses ont une fin.

 

Belle journée. Bisous ! Bisous !

 

Calinquette

 

 

Mrkopalj-zaglavlje

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


21 août 2016

Douceurs d'amitiés

1

 

Il a été pour moi une fin de semaine remplie de douceurs d'amitiés.

Des cadeaux de fidèles amies qui ont pensé à moi qui prenait un an de plus.

 

Par ordre d'arrivée, mon amie Coco qui m'a concocté une superbe carte chat dans les tons parmes qu'elle me sait adorer.

2

 

Puis, ce fut ma gentille Rachel avec une carte chatounette qui va compléter ma collection.

3

 

Et une minette trop chouette mignonette ! De suite appelée Myrtille. Trop classe !

4

5

 

 

Ma Claudie qui ne peut plus bricoler ou publier pour raison de santé a quand même trouvé un moyen de rappeler son amitié.

Présentation1

 

Et la fidèle Nathe qui a pris le temps de me faire de jolis présents malgré le fait qu'elle soit overbookée par ses gîtes.

6

7

 

Merci les filles, vous êtes adorables. J'ai été très touchée par vos merveilleux présents. L'amitié traverse les années avec vous et c'est tellement bon de savoir que vous êtes toujours là pour moi. Je vous bisouille tout doux ! Merci aussi à Sylvie qui elle aussi ne publie plus pour des raisons familiales mais qui m'a envoyer un doux message.

8

 

Et puisqu'on est dans les cadeaux, je vous montre les petits trésors que j'ai reçu de ma famille. Un service de bols et de tasses chats trop beauuuuu !

9

Et une jolie plante.

10

 

Plante, qui après avoir été arrosée s'est mise à pleurer...

11

Encore bien gâtée votre Calinquette.

Mille mercis à vous qui comptez tant pour moi et qui êtes toujours présents.

 

Bisouilles (un peu plus vieilles d'un an) à tout le monde.

 

Calinquette

 

 

12

19 août 2016

Trogir, Primosten, Sibenik

1 TROGIR (1)

 

Le même jour que Split, nous avons visité Trogir, petite ville juste au dessus.

 

La belle cite médiévale de Trogir est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est un musée à ciel ouvert, une étape essentielle après les merveilles de Dubrovnik et Split. La cathédrale Saint-Laurent et le couvent bénédictin Saint-Nicolas sont de pures merveilles. Au fil des ruelles tortueuses on découvre de belles maisons en pierre de taille. Trogir est un remarquable exemple de continuité urbaine. Le plan quadrillé des rues de la cité antique de cet établissement insulaire remonte à la période hellénistique et a été embelli au cours des dominations successives par de nombreux édifices publics et privés et des fortifications. À ses belles églises romanes s'ajoutent de remarquables édifices Renaissance et baroques de la période vénitienne.

 

1 TROGIR (2)

1 TROGIR (3)

1 TROGIR (4)

1 TROGIR (5)

1 TROGIR (6)

1 TROGIR (7)

1 TROGIR (8)

1 TROGIR (9)

1 TROGIR (10)

1 TROGIR (11)

1 TROGIR (12)

1 TROGIR (13)

1 TROGIR (14)

1 TROGIR (15)

1 TROGIR (16)

 

Un peu plus loin, Primošten.


La première chose à faire en arrivant à Primošten, c'est de s'arrêter avant d'y pénétrer. En effet, il ne faut surtout pas manquer la vue sur cette merveille de la nature peaufinée par la main de l'homme depuis la route "Magistrale" (Šibenik-SPlit). Primošten est un village aux maisons aux toits de tuiles, avec des caves abritant des vieux tonneaux d'où émanent des parfums de vin de terroir, de vieilles dames vêtues de noir, parfois un âne errant, une église sur une butte et un cimetière orienté vers le couchant. C'est ainsi que le guide du routard nous l'a vendue, mais nous n'avons vu ni âne, ni vieille dame dêtue de noir...

 En arrivant par le sud, il y a sur le bord de la route un panorama qu’il ne faut pas manquer. A cet endroit, on se rend déjà compte que Primosten mérite notre présence. Un petit paradis, des plages blanches et des eaux turquoises !

 Primošten, comme toute la région, a appartenu pendant plusieurs siècles à la République de Venise, dont on retrouve l’architecture sur ce qui reste du mur d’enceinte du xviie siècle. Le plus vieux témoignage est l’église Saint-Georges (1485, restaurée en 1760), située au sommet de l’île, près du cimetière marin.

 

2 PRIMOSTEN (1)

2 PRIMOSTEN (2)

 

J'ai adoré cette statue de bronze d'un pecheur et son chat.

2 PRIMOSTEN (3)

2 PRIMOSTEN (4)

2 PRIMOSTEN (5)

 

Les bornes à incendie sont bleues en Croatie. A Primošten que de belles maisons aux toits de lauze...

2 PRIMOSTEN (6)

2 PRIMOSTEN (7)

2 PRIMOSTEN (8)

2 PRIMOSTEN (9)

2 PRIMOSTEN (10)

2 PRIMOSTEN (11)

 

Encore quelques kilomètres pour atteindre notre réservation du soir.

3 DE PRIMOSTEN A SIBENIK (1)

3 DE PRIMOSTEN A SIBENIK (2)

 

Šibenik

Šibenik est connue comme étant la première ville fondée par le peuple croate, mais aujourd’hui elles est surtout réputée pour sa cathédrale St Jacques inscrite par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité.

 C’est une réelle déception en arrivant a Šibenik que de voir tant d’HLM délabrés a l’entrée de la ville, elle qui vivait de l’industrie sous le communisme et qui a tout perdu durant la guerre.

 Pourtant, une fois que l’on passe ses immeubles et ses industries délaissées, on arrive au cœur de la ville, dans ces petites ruelles en pierre qui nous ramènent tout droit dans cette image de carte postale. On se promène dans le dédale des rues et puis soudain on découvre ce joyau d’une blancheur extraordinaire, la cathédrale Saint Jacques. C’est un superbe monument, véritable œuvre d’art, qui a été récemment rénové et qui a retrouvé la blancheur de la pierre du pays. Ce qui est intéressant dans cette cathédrale est que la voûte en pierre fut construite sans mortier ni charpente en bois.

 Lorsqu’on arrive sur le parvis on se retrouve face a la statue de George le Dalmate (en croate Juraj Dalmatinac), l’architecte de la cathédrale qui admire son œuvre. Il a également réalisé une frise qui longe la cathédrale, ou il a représenté une seule femme parmi les 72 visages qui représentent les contemporains de l’artiste, et cette femme n’est autre que sa fille. Vous pourrez la reconnaitre par le chignon qu’elle porte.

 

4 SIBENIK (0 ) (1)

4 SIBENIK (0 ) (2)

4 SIBENIK (1)

4 SIBENIK (2)

4 SIBENIK (3)

4 SIBENIK (4)

4 SIBENIK (5)

4 SIBENIK (6)

 

Nous y avons passé une belle soirée. Nous avons goûté un délicieux vin croate et mangé, outre une soupe de poisson, une pašticada, boeuf mijoté à la dalmate (rôti piqué de carottes, cuit longuement dans du vin rouge et des pruneaux) , accompagné de gnocchi.

4 SIBENIK (7)

4 SIBENIK (8)

4 SIBENIK (9)

4 SIBENIK (10)

4 SIBENIK (11)

4 SIBENIK (12)

4 SIBENIK (13)

 

En sortant de la ville, nous sommes tombés sur ce demi sous marin qui entre à moitié sous l'eau pour que ses occupants puissent voir les fonds marins. Le conducteur, lui, reste à la surface.

4 SIBENIK (14)

 

Puis nous sommes rentrés nous coucher. Un repos bien mérité après toutes ces visites.

 

Plus on remonte, plus on avance vers la fin des vacances... Bisous !!!

 

Calinquette

 

 

4 SIBENIK (15)

Posté par Calinquette à 09:31 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 août 2016

Split

Split (1)

 

Nous remontons à notre rythme la côte dalmate.

La Dalmatie est une région littorale de la Croatie (ainsi que le Monténégro), le long de la mer Adriatique, comprenant historiquement l’Herzégovine et la Bosnie.

L’une des plus belles parties de la côte dalmate longe la Croatie, entre Trogir, Split et Dubrovnik.

Split (2)

 

La mer est superbe. L'eau est clair, translucide et agréablement bonne.

Split (3)

Split (4)

 

Nous nous arrêtons à Split. C'est la ville que j'ai préféré visiter.

Imaginez un centre- ville d’environ trois mille habitants installés depuis plus de mille six cents ans dans les restes grandioses d’un palais ayant appartenu à l’un des derniers empereurs romains. Imaginez un sphinx égyptien de près de trois mille cinq cents ans gardant une colonnade corinthienne à l’ombre d’un mausolée impérial devenu un temple de la chrétienté. A Split, la machine à remonter le temps fait des exploits. Par la seule contemplation de ruines, le visiteur est amené à traverser plusieurs époques en un seul instant. Cette étrange impression, ressentie nulle part ailleurs, voilà le génie de Split. Comment cette ville a-t-elle pu traverser les vicissitudes de l’histoire ?

Ce joyau de l’Adriatique n’est pas une ville musée, mais une cité animée, vivante, dynamique et jeune. Tout est au cœur de la vieille cité, face à la mer. Le palais de Dioclétien (construit en deux cent quatre-vingt-quinze avant JC, trente-huit mille cinq cents mètres carrés), noyau de la vieille ville. Le labyrinthe de ruelles, des restes de remparts.

Aucune flânerie en Croatie ne fait autant réfléchir sur l’apogée et le déclin des civilisations que ce « carré magique » du vieux Split. C’est ainsi que le guide du routard décrit cette ville et c’est si bien dit que je vous retranscris leurs mots sans rien enlever.

Née au III° siècle avant JC, d’une colonie grecque, puis sous gouvernance romaine, la ville devint tour à tour byzantine, vénitienne, autrichienne, française, autrichienne à nouveau, puis italienne avant de devenir yougoslave. Split n’a pas vraiment vécu la guerre des années 1990. Seulement le temps d’une matinée, en novembre 1991, quand un bâtiment de la marine fédérale bombarda la ville. Navire nommé Split…

Split (5)

Split (6)

 

On y arrive en voiture, en bateau, et pourquoi pas en hydravion... On peut laisser ses bagages dans des consignes de rue, se chaussures dans des cages...

Split (7)

 

Nous avons eu la chance de tomber sur un jour de marché aux belles couleurs.

Split (8)

 

Un peu de brocante aussi. En Croatie, les marchés se font sur des places où les stands restent en permanence. Il y a même des rangements dessous qui peuvent se fermer à clé. Pas besoin de déplacer tréteaux ou autres.

Split (9)

 

Les mêmes balances qu'en Bosnie. Les compositions de fleurs me font penser à des couronnes mortuaires, je n'aime pas bien.

Split (10)

 

Ici commence le mélange de monuments qui ont traversé les siècles.

Split (11)

Split (12)

Split (13)

Split (14)

Split (15)

Split (16)

 

Oh ! Des parapluies au plafond d'un restaurant ! Des bars à bonbons comme en Bosnie (nous en avons vu dans toutes les grandes villes visitées).

Split (17)

Split (18)

Split (19)

Split (20)

Split (21)

Split (22)

Split (23)

Split (24)

Split (25)

Split (26)

Split (27)

Split (28)

 

Tiens, des romains !

Split (29)

 

Un bar au milieu des vestiges romains.

Split (30)

 

Au sortir de la ville, on reste bien songeur devant tant de beauté et d'histoire ! Tout comme le monsieur de la statue...

Split (31)

 

Bref, que dire de plus, les images parlent d'elles même. Un régal, j'ai adoré !

J'espère que vous aussi.

 

Je vous bisouille et vous dis à bientôt !

 

Calinquette

 

 

Split (32)

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

15 août 2016

Une nuit à Neum

1

 

Une nuit à Neum (dire Néum), la seule ville maritime de Bosnie-Herzégovine. Elle compte environ 21 kilomètres de côtes qui constituent le seul accès du pays à la mer Adriatique. Celui-ci coupe la côte croate sur une dizaine de kilomètres mais la façade maritime est plus longue puisque le territoire comprend une péninsule parallèle à la côte qui délimite une baie ouverte vers le nord ouest.

Petite soirée en tête à tête, au bord de la mer. Admirer le coucher de soleil et se faire un petit restaurant. Notre logement avait vue sur la mer.

2

3

4

5

6

7

8

9

 

Encore une douce soirée. De vraies vacances sans cuisiner, à n'avoir à penser qu'aux visites et au partage de bons moments.

Le lendemain, nous quittions définitivement la Bosnie, avec un pincement au coeur. Nous avons eu un vrai coup de foudre pour ce pays et ses habitants. La Croatie sera nos prochaines découvertes...

C'est aussi pour le ciel du lundi chez à Arlette & Sylvie.

 

Belle semaine, bisouilles.

 

Calinquette

 

10

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 août 2016

La perle de l'Adriatique

1

 

Nous voici à la moitié de notre séjour. Après une nuit en Bosnie, retour en Croatie.

Aperçue la veille, de loin, nous lui avons consacré une journée de près.

Dubrovnik

Une ville musée bien vivante, close au bord de l’Adriatique, une des plus belles d’Europe, entourée de remparts, au pied d’une montagne qui tombe brutalement dans des eaux d’un bleu méditerranéen limpide. Des maisons couvertes de tuiles, des palais, des églises, des couvents, un dédale de ruelles dallées de pierres blanches, des places comme des théâtres de chambre de la Renaissance, une avenue dont les pierres polies brillent comme un décor de cinéma. Dubrovnik est un subtil mélange de raffinement vénitien et d’esprit slave. Les pieds dans l’eau, la tête au soleil.

Au VII° siècle, des habitants de l’actuelle Cavcat se sont réfugiés dans un petit village de pêcheurs, las de voir leurs maisons détruites pas les envahisseurs slaves. Ils le fortifièrent. Ce village gréco-latin se « slavisa » en absorbant la communauté slave d’en face. Toute l’économie de Dubrovnik reposait sur la navigation et le commerce maritime. Naviguer était si important que chaque homme se devait, durant sa vie, de planter 100 cyprès. Ce bois, après cinquante ans servait à la construction des bateaux.

La ville ne fut pas épargnée par la guerre. Le 6 décembre 1991, l’artillerie serbe, qui voulait coûte que coûte annexer la région de Dubrovnik à la grande Serbie, a bombardé la ville depuis le sommet du mont Srd. La cité, sans armes, fut assiégée six mois. Bombardements, pillages, incendies, destructions, arrestations, crimes… Près de trente trois mille personnes de la région durent quitter leurs maisons. Le monde entier assista impuissant à cette agression sauvage de la « Perle de l’Adriatique », classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Entre octobre 1991 et août 1995 près de deux cents combattants de Dubrovnik furent tués, tous très jeunes et près de cent civils périrent lors des bombardements.

Un bâtiment sur trois fut touché, mais pas un morceau des remparts ne fut touché. « La liberté ne se vend pas, même pour tout l’or du monde », telle est la devise ancestrale de cette cité qui s’est battue seule pour retrouver sa liberté.

Aujourd’hui, les traces de la guerre ont presque toutes disparu, réparées. Des tonnes de tuiles latines furent offertes par la ville de Toulouse pour la reconstruction.

Pour les fans (comme moi), Dubrovnik est un haut lieu de tournage de la série Game of Thrones, choisie pour représenter King’s Landing, la capitale des Westeros.

 

3

 

Un grand pont tout blanc, des engins de guerre, on arrive à Dubrovnik. Par une journée caniculaire (40° - Ils n'avaient pas connu ça depuis dix ans!).

4

 

Des cadenas sur le pont, comme à Paris.

5

 

Une eau limpide !

6

7

 

Le maillot de football croate, nous sommes bien en Croatie et à Dubrovnik.

8

9

10

 

La porte passée, on découvre cette admirable fontaine qui en a rafraîchi plus d'un en cette journée caniculaire. On aurait pu s'assoir pour une partie d'échecs, ou écouter de la musique, ou encore discuter avec de majestueux perroquets, mais nous avons préféré visiter la ville. Depuis le temps que j'en rêvais !

11

12

 

Pas besoin de discours, ni de mots, il suffit de regarder pour tomber sous son charme.

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

 

Voilà, la visite est terminée. Fermons la page sur Dubrovnik la blanche, la pure. J'espère que le charme aura autant opéré sur vous que sur moi. Même si j'ai pris un gros coup de chaleur qui m'a laissée pantoise un bon moment, je garderai un magnifique souvenir de cette ville qui mérite bien son nom de "perle".

 

Douce journée, gros poutous.

 

Calinquette

 

 

28

Posté par Calinquette à 06:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , ,